De mes dix doigts·La vie à 4

Cauchemars en pagaille.

Depuis quelques semaines nous avons un grand Nain qui fait des cauchemars régulièrement.

Nous avons instauré un rituel du soir bien ficelé: douche-dîner-brossage de dents et débarbouillage-dodo qui fonctionne très bien et nos Nains se montrent plutôt autonomes. Ils savent pertinemment ce qu’ils ont à faire après le repas et en général on les retrouve dans leur lit, veilleuse allumée, attendant le câlin et fin prêts à entamer une nuit plus ou moins bonne (voir l’article sur les rythmies du sommeil).

Sauf que rien n’est acquis.

Depuis peu, notre Grand Nain de 5 ans fait traîner la fin du repas, s’enquiert de savoir si nous restons au salon (leurs chambre sont au même niveau que la pièce de vie) et si l’un d’entre nous rentre beaucoup plus tard du travail, s’il va revenir bientôt, et quand? A quelle heure? C’est dans longtemps? Mais quand je dormirai, Papa/Maman sera rentré(e)?

Du coup, la mise au lit est beaucoup plus lente et se fait dans la crainte. De quoi? je n’en sais rien, et même si nous avons beau tenté de discuter sur le sujet, rien ne sort. Il est vrai que la rentrée de notre Grand Nain a été plus difficile que les années précédentes: il a intégré une classe à double niveau et n’a pas retrouvé ses amis de l’année passée. De plus, il a changé de bâtiment et ne peut pas non plus retrouver ses camarades aux récréations, les cours n’étant pas les mêmes. Plus d’ATSEM, ni son frère près de lui non plus. Notre petite « Eponge à émotions » n’aime pas les changements et met plus de temps que les autres enfants à s’adapter à de nouveaux cadres. Il est clair que cette accumulation de changements déstabilise notre titi et comme il verbalise peu ce qu’il ressent, je suppose que que ses angoisses se traduisent la nuit sous forme cauchemars.

Je sais que plus il avancera dans l’année plus il retrouvera son bien-être d’auparavant. Mais pour l’instant c’est encore un peu fragile et même si les cauchemars sont moins fréquents ils demeurent encore. L’entendre hurler la nuit et le retrouver trempé jusqu’aux os m’effraie. Nous le consolons, essayons de le rassurer mais nous nous sentons désarmés parce que des angoisses bien réelles sont à l’origine de ces sales rêves.

Ensuite, c’est un peu un cercle vicieux: l’enfant craint d’aller se coucher car il angoisse à l’idée de faire des cauchemars et donc il vous appelle cinquante fois pour savoir si vous êtes toujours là (comme si on partait guincher le lundi soir…), ce que vous faîtes (un waterpolo…), etc. Il est assez difficile de garder son calme et de rester patients.

En essayant de trouver des solutions, j’ai lu quelque part (et on me pardonnera de ne pas citer la source précise) que outre le fait de dialoguer avec l’enfant et de pour désamorcer le processus angoisse-cauchemar, on pouvait lui suggérer de choisir un joli rêve avant de s’endormir. Soit, pourquoi ne pas essayer?

Une petite boîte à chaussures et quelques bouts de papier plus tard, notre Grand Nain pourra choisir un joli rêve en piochant  de belles images. L’idée est qu’il porte son attention sur quelque chose de gai avant de s’endormir.

Je ne sais pas si cela fonctionnera mais si la « Boîte à rêves » peut l’aider à aborder la nuit plus paisiblement, alors je fonce!

Et si vous avez des conseils ou d’autres idées, je suis preneuse!

DSC_0828

Publicités

Des choses à dire?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s