Italie·Voyages

Italie # Dessine-moi un volcan.

On se remet à peine de nos folles excursions à Rome que l’on part en Campanie, histoire de voir comment se porte le Vésuve.

L’entrée au site est payante (et pas donnée: 10€), ce qui me surprend quand même un peu… Tu cois qu’il y a un guichet en haut de l’Everest, du Kili ou du Fuji? Tu crois qu’ils prennent la carte bleue? Bref.

On passe les boutiques attrape-touristes « I love Vesuvio » et on commence l’ascension de la bête. Même si c’est de la petite ascension qui dure une demi-heure à dos de tortue, on évite absolument les Converse blanches et on ne fait pas comme la quasi-totalité des touristes qui se croient sur la plage de Sorrento: on bannit le short, les tongs et le débardeur. Pourquoi? Parce qu’il fait froid, tiens! Alors renseignez-vous bien sur la météo avant de monter: c’est pas parce qu’on est en Italie qu’on porte le bikini toute la journée.

On monte quand même à 1281 mètres et le vent fouette brutalement. Pour les cheveux longs, on prévoit l’élastique au risque de manger, en plus de la poussière, de la crinière pendant une bonne heure. Alors on enfile son sweat, sa veste coupe-vent, ses baskets et roule ma poule!

11156214_774782179295313_1844940211695730110_n

On « grimpe » jusqu’au cratère et on observe les fumerolles (que l’on ne voit évidemment pas sur la photo).
P1020866

C’est très dur de prendre en photo un cratère… Je m’en remets donc au grand photographe Google images:

PHOTOLISTE_20090723145024_italie_vesuve_et_baie_de_500_

C’est quand même plus parlant, non?

Depuis le chemin d’accès jusqu’au cratère, la baie de Naples s’offre à nous et on se rend bien compte de la densité de population de la zone malgré les risques d’éruption! La baie de Naples est splendide et si le ciel est clément, on peut voir l’île de Capri.

CIMG2218

Nous descendons du cratère (vingt petites minutes) et repassons par le parking où l’on assiste au bal des autobus. En effet, une vingtaine de bus touristiques sont en manœuvres simultanées. Certains essaient de descendre, d’autres de monter, et d’autres ont décidé de se stationner au beau milieu de ce vaste chaos. Un cauchemar! La route qui mène au parking est surchargée mais nous retrouvons notre bus et réussissons à redescendre…en marche arrière.  Oui.

Descendre une route montagneuse en bus en marche-arrière: check.

Un chouilla de stress, hein, quand même… On essaie de se divertir en admirant la baie de Naples mais on a aussi le temps de déplorer les décharges sur les flancs du volcan: sacs et bouteilles plastiques, papiers en tout genre, débris de bâtiments…les sols en sont jonchés, c’est un vrai dépotoir, une honte!

La route sera longue vers la Green Italia…

IMG_0217

Le Vésuve selon Doudou. ♥

Publicités

Des choses à dire?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s