La vie à 4

Mais pourquoi font-ils ça?

Tu rentres chez toi après une agréable journée de boulot, la tête serrée dans un étau et chargée comme une mule: sac en bandoulière et gilet sur le bras droit, lunch box, bouteille d’eau et clés dans main gauche. Tu ouvres tant bien que mal ta porte et tu rêves d’ aller directement te coucher, tellement ta journée était « trop bien », comme ils disent.

Tu passes le seuil d’entrée et ton Nain te saute dessus -sans te dire bonjour alors qu’il ne t’a pas vu depuis une dizaine d’heures : « Maman, on va au terrain de jeux steuplé, je veux faire du vélo… »

Tu coupes court avec un : « Bonjour! Et laisse-moi arriver. »

« Oui mais moi je veux faire du vélo et je veux aller au terrain de jeux parce que tu vois, au terrain de jeux c’est du boudron (sic) et c’est mieux pour rouler et que moi je préfère… »

Car vois-tu, le Nain est sur un volcan en ce moment. Il a découvert les joies de la bicyclette et répète à la cantonade que lui hé bien il est trop fort parce qu’il sait faire du vélo et que c’est trop cool. Bon, il ne sait pas démarrer, mais il pédale.

Bref.

En tant que bad mother que tu es, tu le snobes et te prépares un goûter. Le Nain est là, à côté de ta jambe droite et il attend. Il trépigne, se dandine mais il arrive à se retenir deux grosses minutes, les plus longues de sa vie. Il sait que le goûter c’est sacré.

Tu le scrutes du coin de l’œil, il n’en peut plus, il craque: « Maman, on va au terrain de jeux? Je veux faire du vélo et au terrain de jeux il y a du boudron (re-sic) et c’est mieux pour rouler et que moi je préfère… »

Tu hésites entre le cyanure (pour toi, hein, …) et partir loin, très loin. Mais pas en vélo ni sans passer par le terrain de jeux.

Tu en es à la deuxième bouchée de la tartine qui devait te consoler de ta trépidante journée. Le Nain est toujours là, mais côté jambe gauche. On ne sait jamais, ça peut engendrer un changement de ta part.

Le Nain est  persévérant et coriace. Il ne va pas en rester là, il s’accroche. La migraine te monte. Et il enchaîne la même requête, en boucle (cf plus haut ).

Tu es sur le point d’exploser et de le coller devant un Dysney d’une heure trente pour qu’il te laisse finir ta tartine en paix. Mais non, tu ne cèdes pas à cette piètre tentation et tiens le coup. T’as pas envie d’aller te cailler au terrain de jeux, t’as pas envie de courir à côté d’un vélo. Un lundi à 18h, t’as envie qu’on te foute la paix, toi.

Ça y est, il attaque fort et sort l’artillerie lourde: la chouine. Tu veux mourir.

Tu fais diversion et proposes au Nain de préparer le repas. Il te regarde, l’œil encore larmoyant. Il acquiesce et court chercher une chaise pour se mettre au niveau du plan de travail. Le Nain adore mettre la main à la pâte et se met au travail de gaieté de cœur. Il en oublie son vélo, son boudron et son terrain de jeux.

Tu jubiles en silence. Non mais c’est qui le patron ici?

Après avoir enfourné la tarte, tu te retournes vers le Nain, satisfaite de votre travail et du silence qui a régné pendant vingt minutes.

Il sourit, content de lui.

Puis te dit:

« Bon, on y va maintenant? »

Publicités

Des choses à dire?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s