France·Voyages

Vacances au bord de l’océan # Charente-maritime

Mais c’est où, la Charente-maritime?

pictos

Nous avons l’habitude de séjourner à Ronce-les-bains en été, près de Marennes et cette année nous y avons passé dix jours avec les Nains. Si vous êtes dans le coin, voici quelques idées de balades et activités qui n’obligent pas à mettre la main au porte-monnaie. En effet, la zone est très touristique et la moindre attraction culturelle ou sportive coûte un bras. Et une jambe.

Évidemment, il y a des sites incontournables comme le zoo de la Palmyre ou encore l’île de Ré (qui, à mon sens, ne mérite pas tout le pataquès qu’on en fait) que je vous conseille de visiter hors-saison pour éviter la surpopulation.

  • On est pas au bord de l’océan pour manger de la barbaque!

On part pêcher la palourde à pied à La Palmyre: on marche un petit moment sur le sable encore mouillé, on croise des crabes et des minis poissons dans les petits rus et les flaques laissés par l’océan.

IMG_0444

Les Nains gratouillent le sable sous la brise marine et le soleil.
Les premières palourdes sortent de la vase et du sable sous nos coups de grattoirs experts et les Nains sautent de joie de voir se remplir la nasse.

11813295_1606069592979034_1869519559993389224_n

Numéro Bis court comme un dératé afin d’éviter les crabes dont il craint les pinces et Doudou creuse indéfiniment, à la recherche de coquillages.
La partie de pêche s’achève après deux bonnes heures de gratouille. La nasse est pleine, les Nains sentent l’iode et nous la vase. Le chemin du retour se fait à fond la caisse pour Numéro Bis, terrifié par les crabes. En rentrant, on laisse les palourdes dans de l’eau salée pendant deux jours afin qu’elles rejettent le sable qu’elles contiennent.

IMG_0448

Puis on s’occupe d’elles soigneusement: on les fait ouvrir dans une cocote puis on les fait revenir avec du chorizo et de la tomate. Une tuerie.

  • Une journée low-coast.

On part à Mornac-sur-Seudre. On aurait pu y aller par le Train des Mouettes, une locomotive à vapeur, si les tarifs n’étaient pas rédhibitoires (13€ par adulte / 6,50€ par enfant). Tant pis ! Il est encore tôt, on peut donc se stationner facilement et gratuitement. Les Nains courent dans les ruelles jalonnées de boutiques d’artisans et de petits restaurants. On s’arrête devant les roses trémières, on vérifie qu’elles ne piquent pas puis on se rend jusqu’au petit port.

FullSizeRender(4)

C’est mignon, il reste un vieux phare porte-manteaux et les petites baraques restaurées de pêcheurs ont gardé tout leur charme.

DSC_2204

DSC_2211

Commence alors pour nous notre partie de géocaching pour rendre la promenade plus attrayante pour les Nains. On longe la Seudre, ce qui nous permet d’observer les habitants des marais : hérons, aigrettes et autres palmipèdes que je ne saurais nommer.

FullSizeRender(1)

Deux heures que l’on vadrouille, les Nains sont en boucle « J’ai faim-j’en ai marre de marcher-c’est quand que… ». On est pas suicidaire, on capitule et rentre au bercail rassasier les loups.

Les Nains ont encore de l’énergie. Qu’à cela ne tienne, l’océan aura raison d’eux ! Direction la plage de l’Embellie pour un pique-nique face à l’île d’Oléron. Châteaux de sable à gogo, projections de sable sur les voisins de serviettes, cris à cinquante mètres « Y’a une méduuuuuuuse ! ».

On est dans la place.

photo 1

photo 2

  • Un peu de culture, bon sang !
    Départ pour la citadelle de Brouage, une cité qui a connu un fort essor économique durant le 17è siècle grâce au commerce du sel.

DSC00829

FullSizeRender(6)

Bon, de la culture, oui, mais avec les Nains de 4 et 6 ans c’est un peu compliqué. On démarre alors une partie de géocaching au sein de la citadelle, ce qui rend la promenade plus attrayante pour eux. On rentre dans les tours, dans la glacière où s’entassaient 20 mètres de glace à l’époque, on regarde dans les canons au cas où il resterait un boulet.

DSC_2181

FullSizeRender(5)

DSC_2190

FullSizeRender(7)

Doudou est fier comme Artaban car il a trouvé toutes les géo-caches. Quant à Numéro Bis, il salue tous les estivants que nous croisons. Et ils sont peu nombreux en haute saison…

Je m’octroie une pause dans un café-brocante et fais impasse sur la spécialité locale…

FullSizeRender(8)

FullSizeRender(9)

  • Fais ton touriste de base !

Monsieur S. et moi détestons les stations balnéaires bondées. Ça tombe bien, nous décidons d’aller du côté de Royan, histoire de prendre un bon bain de foule.
J’ai entendu parlé d’un petit village pittoresque « à voir ab-so-lu-ment » : Talmont sur Gironde, dans l’estuaire de la…Gironde.
Lorsque l’on approche du site, la vue est surprenante : l’église surplombe le fleuve qui se jette dans l’océan. C’est joli tout plein, pensai-je, on va en prendre plein les mirettes.

talmont-2Crédit photo: https://www.vivrefacile.com/talmont-sur-gironde-perle-de-lestuaire/

Je déchante vite quand on se rend compte que l’on est obligé de se garer dans un parking payant (lâche tes 2€, radin de touriste!). Soit, garons la papamobile à côté de trois cent cinquante autres papamobiles. Mais que font tous ces gens ici ? Pourquoi ne sont-ils pas à la plage en train de cuire ?
L’endroit est agréable, on admire les carrelets dans l’estuaire depuis le chemin de promenade. Il faudrait juste supprimer tous ces gens autour de nous et ça serait parfait.

DSC_2303

DSC_2307

DSC_2310

On rentre dans l’église Sainte-Radegonde que l’on admirait depuis la route puis on s’attaque au centre du village. Deuxième désillusion ! Des boutiques et snacks à foison, le village à touristes par excellence qui a perdu toute authenticité. On passe très rapidement dans les ruelles aux roses trémières, qui elles-mêmes sentent faux. Fuyons !

Les Nains ont chaud-faim-soif, nous aussi d’ailleurs. Nous prenons la route en direction de la plage de Suzac. Il est 18h, et après avoir emprunté un sentier sablonneux à pied, nous entendons le roulis de l’océan. Le bruit s’intensifie et on aperçoit enfin la plage entre falaises et pinède. Le ciel se voile mais quelques rayons de soleil percent à quelques endroits. Miraculeusement il y a très peu de monde, on a trouvé notre petit coin de paradis.

DSC_2324
Depuis la plage on peut observer le chemin qui longe les falaises de Saint-Georges de Didonne et que nous avons parcouru quelques jours auparavant. Une promenade entre bunkers de la 2è guerre mondiale, carrelets et chênaie.

DSC_2231
Les Nains sont en mode on saute-on s’ensable-on se trempe et nous…on fait nos touristes de base : chips & binouse. On n’a même pas honte. On est bien !

DSC_2328

Cette année, et non sans regret, on a dérogé à la tradition familiale qui veut que nous allions dévorer une éclade à la Tremblade. Tout fout le camp. Ce n’est que partie remise!DSC_0024

DSC_0025

Publicités

Des choses à dire?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s