La vie à 4

Terreurs nocturnes: que faire?

En général la crise se déclare une à deux heures après son endormissement.

Doudou crie et s’agite dans son lit. On accourt et le retrouve en sueur, assis dans son lit, les yeux ouverts. On lui demande ce qu’il a et s’il a fait un cauchemar. Il nous répond : « Passe-moi le truc en bois sur le bureau. »

Ok. Ne pas s’affoler.

Il se recouche, s’agite dans son lit, toujours les yeux ouverts et nous dit: « De toute façon y’a mamie. »

Ok. Ne pas s’affoler.

Il ferme les yeux et se rendort instantanément.

Le lendemain matin, on lui demande s’il a bien dormi et nous répond: « Ben oui pourquoi? ». Bref, il ne se souvient de rien.

On s’affole un peu quand même.

Les premières fois on a cru qu’il faisait des cauchemars et que ça perturbait sévèrement son sommeil. On restait avec lui, on essayait de lui parler mais ses propos étaient effroyablement incohérents. On s’est même énervé parce qu’il nous répondait n’importe quoi en tapant des jambes sur le matelas.

Et puis après quelques recherches, on a enfin compris: Doudou a des terreurs nocturnes. Lorsque la crise survient, il est totalement endormi même s’il a les yeux ouverts et qu’il semble répondre à nos questions. Une fois l’agitation passée (environ 5 minutes), le cours normal de son sommeil reprend.

Voici un tableau qui distingue clairement les cauchemars des terreurs nocturnes (source: infosommeil.ca)

cauchemnar-terreur-nocturne-reve-enfant-sommeil

J’avoue que ces crises sont angoissantes pour nous: on a bien compris qu’il ne faut surtout pas le réveiller, tenter de l’apaiser en chuchotant et faire fi de ce qu’il peut raconter. Il ne s’agit pas de somnambulisme mais le fait de le voir assis, apparemment éveillé et parlant nous y à fait songer tant c’est impressionnant.

On n’a pas trouvé de remède miracle, on essaie juste de gérer ces terreurs quand elles surviennent. Certains mettent en cause une grosse fatigue ou un changement de rythme.  D’autres y voient un surmenage intellectuel ou encore une angoisse profonde.

Finalement, on a décidé d’aller en parler au pédiatre même si c’est a priori bénin. On va tenter également un remède homéopathique. Qui vivra verra.

Publicités

Des choses à dire?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s