J'ai des choses à dire

S comme Sephora.

Tu as une heure à tuer, seule, tranquille, sans Nain qui a faim, soif ou pipi. Une heure entière pour toi avec toi-même et tu décides d’arpenter posément les rayons du magasin Sephora. Lorsque tu entres, une jolie vendeuse au teint orange et aux yeux de biche t’accueille de son sourire Email diamant et d’un « Je peux vous parfumer? ». Non merci.

Tu flânes, indécise, dans un rayon et une deuxième jolie vendeuse très orange aux yeux de biche te demande si tu as besoin de conseils. A ton humble avis, c’est surtout elle qui en a besoin car depuis l’avènement de Donald Trump, plus personne n’ose arborer une telle couleur de teint.  Tu la congédies aimablement car tu n’as besoin de rien, si ce n’est plusieurs mojitos dans un bar de plage avec ta copine.

Tu campes devant les fards à paupières aux couleurs improbables, dont un jaune poussin douteux. Une troisième jolie vendeuse orange aux yeux de biche t’accoste: « Puis-je vous offrir une fleur parfumée » en te tendant une rose noire en tissu, prête à l’asperger d’un nouveau parfum tendance, le tout accompagné d’un sourire éclatant Email Diamant. Même pas un peu de rouge à lèvres sur une dent. Décevant. Tu refuses poliment la charmante proposition avec un sourire d’ancienne tabagique adepte de café.

Tu quittes le rayon Clown pour faire une halte au rayon « Ravalement de façade », soit crèmes anti-âge-qui-coûtent-une-blinde. Une fucking jolie quatrième vendeuse orange t’aborde : « Puis-je vous offrir un ruban parfumé », prête à asperger le mini ruban pailleté du parfum tendance. Elles commencent vraiment à te gonfler, les poupées russes. Tu lui rétorques un peu sèchement qu’elle et ses copines orange pourront revenir t’accoster lorsqu’elles offriront le parfum.

Tu passes en caisse car tu as craqué sur un mascara noir yeux de biche à vingt-cinq euros et une cinquième (mais combien sont-elles?! Tu as l’impression d’être Neo face à Mr Smith dans Matrix) vendeuse orange aux yeux de biche te propose « Voulez-vous que je vous parfume avant de partir? ». Mais c’est quoi le plan commercial Sephorique? Le harcèlement de la cliente via le parfum? Elle sourit version Email Diamant et là, tu la vois. Cette grosse trace de rouge à lèvres pourpre sur l’incisive Email Diamant. Elle t’apaise, cette trace de rouge à lèvre. Elle vient consoler ton teint blafard, tes cheveux secs, tes yeux cernés, ton bouton d’acné des 38 ans. La pauvre… Si elle savait. Ses oranges de copines ne lui ont même pas signalé son sourire ridicule. Des  hyènes oranges aux yeux de biches. Tu passes les portes de l’univers impitoyable Sephorique en arborant ton plus beau sourire d’ancienne tabagique adepte de café. Cette petite sortie en solitaire à Sephora t’a fait un bien fou. Faudrait que tu t’y rendes plus souvent.

email.jpg

Publicités
On se régale...ou pas!

Gaufres liégeoises

C’est MA recette de gaufres qui tuent. Elle est très facile et rapide à réaliser. J’utilise un robot pâtissier pour la faire (je mélange avec une feuille) mais un saladier et un bon coup de main peuvent faire l’affaire!

IMG_2097.JPG

Pour une douzaine de gaufres:

  • 375 g farine
  • 150g sucre en poudre
  • 1 sachet de sucre vanillé
  • 1 pincée de sel
  • 2 oeufs
  • 200ml de lait liède
  • 1 paquet de levure de boulanger
  • 150g de beurre

Mélanger la farine, le sucre, le sel et le sucre vanillé.

Faire un puits (un creux) au centre et y casser les deux oeufs entiers. Mélanger et réserver.

Faire tiédir le lait et y verser la levure. Bien remuer. Verser le lait sur la préparation et mélanger.

Faire fondre le beurre et l’ajouter à la pâte. Bien mélanger.

Couvrir le récipient de film alimentaire et laisser reposer la pâte 30 min dans un endroit tiède.

Au bout d’une demi-heure, la pâte a épaissi et est prête à être versée dans le gaufrier!

IMG_2099

Et c’est bientôt Mardi gras, alors va voir par là pour:

la recette des donuts:

donuts

celle des beignets 

img_0438-1

 

 

I♥Picardie·J'ai des choses à dire

Et puis le temps s’est arrêté.

IMG_2059.JPG

On peiné à ouvrir les volets à cause de la neige. On a attendu un peu que le ciel s’éclaircisse pour enfiler nos pantalons de ski, nos bonnets et nos gants. Un avant-goût des vacances à la neige.

On a donné rendez-vous aux enfants du village pour faire une bataille de boules de neige. Chacun a sorti ses luges et on est parti à la recherche d’une pente digne de ce nom. On a imaginé une piste dans une pâture, que l’on a dévalée à fond la caisse, petits comme grands.

Et le Temps s’est arrêté.

On a entendu nos pas craquer dans la neige, on a regardé les branches des arbres ployer sous les flocons, on a hésité avant de se jeter dans les dunes blanches de crainte de perturber le paisible paysage.

Puis on a improvisé un repas entre amis, une bulle de rires et de cris d’enfants, une pause sur la portée de notre quotidien. Des vestes qui sèchent près du poêle, des chips sur le tapis du salon, un poulet dans le four, des verres bien remplis et une après-midi qui s’étire comme le sucre des berlingots de la fête foraine.

Le Temps s’est arrêté et il devrait le faire plus souvent.

IMG_2047.JPG

 

La vie à 4

La grasse matinée

Dimanche. Tu ouvres un oeil sur le réveil. 3h40. C’est cool, c’est dimanche et tu vas pouvoir te rendormir pour faire une grasse matinée car tu es un peu fatiguée en ce moment. Une bonne dose de sommeil va te requinquer pour mieux attaquer la semaine qui vient.

4h00.

4h52. En fait, non.

Tu sombres enfin.

5h30. L’Homme se réveille car il a une compétition et malgré toutes ses précautions, toi aussi.

5h40. La cafetière retentit.

6h15. L’homme part.

Tu re-sombres.

7h. Un Nain a une quinte de toux.

7h15. La couette a migré en totalité à droite du lit.

Tu re-sombres.

7h30. Une tempête ouvre la porte de ta chambre et crie « Mamaaaaan! On est réveillééééé! »

Tu fais « Mmmmm ». Tu sombres.

Peut-être 8h… Un ouragan refait voler la porte de ta chambre. « Mamaaaan! on a jouéééé, on descend déjeuneeeerrr! »

Tu fais « Mmmm put… »

8h29 : « Mamaaaaan! J’ai fait chauffeeeer mon laiiiit! »

Tu fais un « Putain de bordel je m’en fous » étouffé sous ta couette.

8h31. « On va prépareeeer ton cafééééé !!! »

Tu hurles « Prépare trois liiiitres! ».

C’est tellement agréable, ces grasses matinées dominicales! On se repose, on se détend, on recharge ses batteries.

attaque-des-enfants1

 

On se régale...ou pas!

Pancakes américains.

IMG_2022

Toi non plus tu ne vis pas sur le pourtour méditerranéen, comme dirait Anaïs Baydemir.

Toi non plus tu n’as pas vu ce fucking soleil depuis fin novembre car la seule fois où il est sorti en en trois mois, tu étais enfermée dans un dojo tout l’après-midi.

Toi aussi tu prends de la vitamine D tous les matins et tu as centuplé la dose quotidienne.

Toi aussi tu renonces au vacances au ski en 2019 et planifies un séjour à Punta Cana. Une semaine, juste toi, ton maillot et ton écran total indice 50.

Toi aussi tu vas manger ce tas de pancakes jusqu’à ce que mort s’en suive pour oublier cette pluie qui n’en finit plus. Mais qu’est-ce qu’on a fait pour mériter ça, hein?

Pour une vingtaine de pancakes:

Mettre dans le bol du robot tous les ingrédients :

  • 250g de farine
  • 1 sachet de levure
  • 75g de sucre en poudre
  • 1 sachet de sucre vanillé
  • 1 pincée de sel
  • 2 oeufs
  • 50g de beurre
  • 400g de lait

Mixer 40 s Vitesse 4 puis 40s vitesse 8.

Cuire les pancakes dans une poêle très chaude avec du beurre.

Arroser de sirop d’érable le tas de pancakes.

Fermer les yeux. Manger et oublier.