J'ai des choses à dire·On se régale...ou pas!

Cuisine avec ton dico!

Si tu suis un peu ce blog, tu sais que j’aime bien cuisiner et découvrir de nouvelles saveurs. Parfois même, j’ose tester les recettes de magazines féminins, tu noteras à quel point je suis une aventurière.

Récemment, je suis tombée sur cette recette:

IMG_1003

Etape 1:    WTF ? (What The Fuck? –pour ma mère-)

Mais bordel qui a compris cette recette?! Où est le Larousse? Non, pas le temps. Où est mon portable, que je te googlelise tout ça.

Etape 2:    Internet, je t’aime.

  • moghrabieh: La moghrabieh ou moghrabiyyé est une variété orientale du gros couscous. Les pâtes ont la taille des pois chiches quand elles sont cuites. (source : https://histoiredepates.net)
  • zaatar: mélange d’épices du Moyen Orient (source : wikipedia)
  • mélasse de grenade: Son goût fruité et son astringence en font un excellent ingrédient pour les plats sucrés salés, les vinaigrettes et les marinades. Elle est fabriquée à partir du jus d’une certaine variété de grenade très acide. Additionné de sucre et de jus de citron, ce jus est réduit jusqu’à obtention d’un sirop épais et très foncé.

 (source : www.beyrouthparis.com)

  • labné: (labneh) en arabe : lait fermenté concentré traditionnel issu du rayeb égoutté, qui est originaire de la ville de Chtaura dans la plaine de la Békaa, un plat typique de la cuisine libanaise, syrienne et palestinienne. Ce plat est très commun dans les autres pays du Levant.

 

Etape 3:    Ce que j’ai compris.

Une recette libanaise ou syrienne. Du Proche-Orient, quoi. Avec du poulet et des épices.

Etape 4:    Problème de localisation.

Merde, j’avais oublié que je vis dans la France rurale. Aucune chance de trouver ces ingrédients à Leclerc drive. Si je les commande par internet, ça va faire un peu juste pour les avoir avant le repas de ce soir… Et je vais payer 25€ de frais de port.

Etape 5:   L’abandon.

Je vais faire un taboulé. C’est pas mal aussi, le taboulé.

J'ai des choses à dire

Les ind10pensables de Grazzia

Je ne sais pas toi, mais quand je feuillette la presse féminine, je fais de l’hypertension. En principe, les magazines sont censés te détendre et te permettre de passer un agréable moment. Chez moi, l’effet inverse est garanti et en général, Monsieur S se met à l’écart parce qu’il sait -à juste titre- que je vais tout simplement gueuler.

La semaine dernière, j’ai jeté mon dévolu sur Grazzia. Bien mal m’en a pris car dès les premières pages, je tombe sur ça:

grazzia-indispensables.jpg

Ma première réaction a été la suivante: Je ne vois pas en quoi le bracelet Chaumet à 1260€ revêt un caractère indispensable, sauf si tu es Kim Kardashian.

Ma deuxième réaction a été d’additionner les ind10pensables de cette mignonnette journaliste déconnectée, semble t-il, de toute réalité du monde dans lequel nous vivons.

  • pull manches même pas longues: 170€
  • bracelet pas terrible mais tellement hors de prix qu’il est bien: 1260€
  • Veste pour se rendre au dojo: 430€
  • ah…les sandales du prolo. Je suis contente, la journaliste a pensé à 90 % de la population: 10€
  • LA montre qui donne l’heure aux presbytes: 260€
  • Le maillot avec un ananas qui viendra joliment décorer ton pubis: 375€
  • Les lunettes noires avec les 8 traces de feutre rouge indélébiles laissées par le Nain désœuvré du concepteur, un soir où son père buvait des mojitos au bord de sa piscine ultra lounge de la côte Estérel et dont l’attention était focalisée sur l’ananas qu’ exhibait la bombasse en maillot devant lui: 70€
  • Un pantalon large pour faire du bateau. Mais nous on fait pas de bateau.: 80€
  • Une robe pour celles qui mesurent 1,80 au garrot, ont des seins qui tiennent sans soutien-gorge et n’ont pas de ventre. Une robe, donc, pour les femmes qui n’ont pas d’enfant (et qui sont pétées de blé aussi, évidemment) : 365€
  • Le sac de Mamie Yvonne, mais comme c’est de Chanel, c’est amazing!! Sur le site de Chanel, il est à 3700€. Je vais en prendre deux, je pense.

Donc, on additionne tous ces petits chiffres des Ind10pensables de cette connasse de journaliste de Grazzia, ce qui nous fait 6720€ d’Ind10spensables, qui ne te permettent même pas de bouffer.

6720€… cinq smic…

Alors voilà, Madame la journaliste de Grazzia, je vais te faire, moi aussi, ma liste des Ind10pensables de ce mois-ci:

mes-indispensables

Alors c’est sûr, c’est moins glam’ et ça ne vend pas du rêve, mais au moins, ça rentre dans mon budget.

 

J'ai des choses à dire

La vie rêvée d’Alysson Paradis

Il y a des histoires qui te bouleversent, qui t’emeuvent. Par exemple, celle d’Alysson Paradis. La sœur de Vaness’, oui. Et tu sais qu’elle a la vie dure, la pauvresse. D’ailleurs, elle en parle dans le magazine Elle de la semaine dernière. 


7.00 Mon putain de réveil s’allume. Oui, il s’allume progressivement pour que la lumière simulée de l’aurore me sorte lentement de mon sommeil de plomb. Généralement, ça ne m’empêche pas d’être de mauvais poil au réveil.  Mes Nains dorment encore et je ne déjeune pas avec mon amoureux qui, lui, a déjà fait son footing, pris sa douche, regardé les infos, et repeint ses bonshommes du babyfoot. Je déjeune seule, dans le calme et j’irais même jusqu’à citer Stéphan Eicher : »en paix », Et dis donc, Alysson, c’est quoi ce petit déjeuner de bobos parisiens sans gluten sans gras sans rien, Hein ? Autant se faire un bol d’herbe fraîchement coupée arrosé de Contrex. Non, crois moi, rien ne vaut un bon litre de café agrémenté de deux tartines de gluten beurré pour essayer de survivre chaque jour.


14.30 J’en suis à mon deuxième Doliprane 1000. Je m’évertue à ouvrir les esprits de Nains plus ou moins ouverts. C’est ma « Réu » de chantier à moi. Après, je ne vais pas à une expo. D’ailleurs, qui va voir une expo un après-midi de semaine? Ah si! Alysson doit être une prof en sortie scolaire…à part ça, je ne vois pas.


23.30 J’ai sombré depuis deux heures devant le générique de début du film. Monsieur S ne m’attend ni avec un verre de vin ni avec des chocolats, on est plutôt bières-chips mais l’heure de l’apéro est passée. On ne regarde pas des séries qui ont pour titre « Girls », c’est foutu d’avance. Moi aussi je rêve de Cuba ou d’Argentine depuis environ vingt ans mais mon petit doigt me dit que ça ne va pas se faire tout de suite. On ne connaît pas cette Céline Salette, manifestement connue des lectrices de Elle. Et personne ne nous offre de livre qui s’intitule « Le bonheur », on lui aurait claqué à la gueule. 

J'ai des choses à dire

En toute simplicité.

À celle qui m’a toujours soutenue, écoutée, décodée.

À celle qui ne juge jamais l’Autre et l’accepte tel qu’il est.

Celle qui cache derrière sa discrétion une force et ténacité incroyables.

À celle qui me fait rire, l’air de rien.

Celle qui nous aime de manière inconditionnelle et qui nous le dit, haut et fort, sans limite.

Celle qui me manque quotidiennement et qui m’envoie des SMS 💕😘❤️ qui font du bien.

Bonne fête Man’, je t’aime fort.

J'ai des choses à dire

Au ralenti.

On a garé la voiture et on est allé voir cette exposition en plein air de voitures de rallye. C’est bruyant, les pots d’échappement ronflent sur les paroles assourdissantes du speaker mais tu es content.

Puis on a déambulé dans les rues pavées du marché sous le soleil. Tu t’ arrêtes pour observer les poules, caresser les lapins et mettre tes doigts dans la cage aux canetons. On a ensuite parcouru les stands d’épices, tu sens les bacs d’olives et ça fait bien rigoler le marchand. On va voir les fruits, 16€ le kilo de cerises, faut pas déconner, on attendra encore un peu. Tu touches les nèfles et salives devant les framboises.

On passe devant un marchand arabe et on se paye le luxe de s’offrir une brick à la viande hachée. Il est 10h30 et on s’en fout. Tu croques dans ta brick et me décris les saveurs Y’a du poivre et puis du persil aussi. Ah tiens, y’a un oeuf aussi. Tu la dévores et essuies tes petites mains grasses sur ton gilet. Et on s’en fout aussi.

On s’arrête devant les stands de fleurs puis on repasse voir les animaux de basse cour. Tu tiens toujours ma main dans la tienne et tu souris. Tu me lances : « On se croirait pendant les vacances d’été, quand on va au marché ! »

Et moi j’avais oublié tout ça: marcher à ton allure, s’arrêter, regarder, sentir, toucher, goûter. S’arrêter encore. Vivre au ralenti et adorer ce moment.