J'ai des choses à dire·On se régale...ou pas!

Cuisine avec ton dico!

Si tu suis un peu ce blog, tu sais que j’aime bien cuisiner et découvrir de nouvelles saveurs. Parfois même, j’ose tester les recettes de magazines féminins, tu noteras à quel point je suis une aventurière.

Récemment, je suis tombée sur cette recette:

IMG_1003

Etape 1:    WTF ? (What The Fuck? –pour ma mère-)

Mais bordel qui a compris cette recette?! Où est le Larousse? Non, pas le temps. Où est mon portable, que je te googlelise tout ça.

Etape 2:    Internet, je t’aime.

  • moghrabieh: La moghrabieh ou moghrabiyyé est une variété orientale du gros couscous. Les pâtes ont la taille des pois chiches quand elles sont cuites. (source : https://histoiredepates.net)
  • zaatar: mélange d’épices du Moyen Orient (source : wikipedia)
  • mélasse de grenade: Son goût fruité et son astringence en font un excellent ingrédient pour les plats sucrés salés, les vinaigrettes et les marinades. Elle est fabriquée à partir du jus d’une certaine variété de grenade très acide. Additionné de sucre et de jus de citron, ce jus est réduit jusqu’à obtention d’un sirop épais et très foncé.

 (source : www.beyrouthparis.com)

  • labné: (labneh) en arabe : lait fermenté concentré traditionnel issu du rayeb égoutté, qui est originaire de la ville de Chtaura dans la plaine de la Békaa, un plat typique de la cuisine libanaise, syrienne et palestinienne. Ce plat est très commun dans les autres pays du Levant.

 

Etape 3:    Ce que j’ai compris.

Une recette libanaise ou syrienne. Du Proche-Orient, quoi. Avec du poulet et des épices.

Etape 4:    Problème de localisation.

Merde, j’avais oublié que je vis dans la France rurale. Aucune chance de trouver ces ingrédients à Leclerc drive. Si je les commande par internet, ça va faire un peu juste pour les avoir avant le repas de ce soir… Et je vais payer 25€ de frais de port.

Etape 5:   L’abandon.

Je vais faire un taboulé. C’est pas mal aussi, le taboulé.

On se régale...ou pas!

Les beignets pas de Carnaval.

Je ne sais pas pourquoi mais sur tous les blogs culinaires, on parle déjà des crêpes de la Chandeleur. Ça m’énerve, ce besoin de poster sa recette de crêpes à la papaye et fève tonka deux semaines avant tout le monde, comme ça on se dit: je suis la prem’s!

Du coup, j’ai hésité à poster la recette de ma bûche framboise et nougat glacé pour Noël prochain pour être prem’s avant tout le monde!

Ben non, j’avais envie de faire des bons gros beignets bien moelleux et sucrés, non pas pour anticiper la tradition de Carnaval, hein, soyons clairs, mais juste parce que j’avais envie de faire des beignets. Point.

Avertissement: Faire des beignets, ça prend du temps et ça ruine ta cuisine. Prépare-toi à astiquer ton gaz ou ta plaque vitro et prépare tes Nains psychologiquement: si tu attaques la pâte à 15h, ils n’auront pas de beignets au goûter.

Pour une vingtaine de beignets:

  • 500g de farine
  • 3 œufs battus
  • 100 ml d’huile
  • 30g de sucre
  • 70 ml d’eau
  • 1 sachet de levure de boulanger
  • arôme de fleur d’oranger ou rhum (facultatif)

On dilue la levure dans l’au tiède.

On verse la farine et le sucre dans le bol d’un robot-pétrin et on fait un puits. On y verse la levure délayée et on commence à pétrir lentement. On verse l’huile peu à peu puis on verse les œufs  battus.

On laisse la pâte dans le bol que l’on couvre de film et on laisse reposer 1h30. Oui, c’est long. La pâte ne lève pas trop, c’est normal.

Ensuite, on étale la pâte sur 1 cm d’épaisseur sur un plan de travail fariné puis on découpe des cercles à l’aire d’un verre.

On dépose les ronds de pâte sur une plaque et on laisse lever encore 30 min. Oui, encore.

Dans une sauteuse, on verse beaucoup d’huile pour frire les beignets. Oui, c’est gras; sinon, ce ne sont pas des beignets. On plonge chaque rond de pâte dans l’huile et on regarde gonfler les bêtes. On les retourne pour colorer les deux faces et une fois cuits, on les sort et les éponge sur vingt-cinq couches de papier absorbant. Mais malgré tout, ça sera gras, il faut t’y faire!

On saupoudre généreusement de sucre.

Il est 2h du matin, réveille tes Nains pour manger les beignets.

 

On se régale...ou pas!

Tresses briochées allemandes #flashswickel

C’est la période où tu n’as pas envie de mettre le bout du nez dehors au risque de le voir geler. Tu sais, cette période très longue où ton seul souhait est de revêtir ton jogging moumouté, tes chaussettes en polaire, ton sweat années 90 pour gésir sous une couette et manger des brioches.

Ça tombe bien, on a une super recette allemande bien beurrée et qui fait du bien au moral!


Pour 8 tresses:

  • 500g de farine
  • 150g de beurre
  • 200 ml de lait
  • 2 oeufs
  • 1 càc de cannelle
  • 1 càc de cardamome
  • 1 sachet de levure de boulanger
  • Une pincée de sel
  • Sucre glace

Faire chauffer le lait et le beurre dans une petite casserole.

Verser dans le bol d’un robot pétrin et y ajouter tous les autres ingrédients sauf le sucre glace. Pétrir 3 minutes.

Couvrir la pâte et la laisser lever une heure dans un endroit chaud ou dans le four à 40°.

Quand la pâte a poussé, la diviser en 24 pâtons que l’on va rouler en longs petits boudins.

Former les huit tresses et les déposer sur une plaque à pâtisserie. Laisser reposer les tresses 20minutes puis enfourner dans un four préchauffé à 170° pendant 20 minutes.

A la sortie du four, déposer les tresses sur une grille et saupoudrer de sucre glace.

Manger ces tresses chaudes!

On se régale...ou pas!

J’ai testé : le gâteau à la poêle.

Toi non plus tu ne t’attendais pas à ce que ton four te lâche juste après les fêtes de Noël, juste au moment où ton compte en banque ressemble au désert de Gobi, voire à un trou creusé dans le désert de Gobi.

Tu vas quand même pas craquer une SICAV à deux jours des soldes, hein? Non, on va se passer de four quelques jours…mais pas de gâteaux.

Pour un gâteau aux pommes à la poêle:

  • 3 pommes golden
  • 70g de beurre
  • 2 cuillères à soupe de cassonade.
  • 10 cuillères à soupe de farine
  • 6 cuillères à soupe de sucre
  • 4 cuillères à soupe d’huile (2 de noisette, 2 de tournesol)
  • 6 cuillères à soupe de lait
  • 2 œufs
  • 1 sachet de levure

On épluche, évide les pommes et les coupe en petits dés.

On choisit une poêle pas trop grande (environ 20 cm) et on y fait fondre les 70g de beurre avec 2 cuillères à soupe de cassonade.

On met les pommes à cuire dans le beurre sur feu doux.

Pendant ce temps, on mélange tous les autres ingrédients et une fois que les pommes sont cuites, on verse la pâte dessus. On couvre et on laisse cuire à feu doux 25 minutes.

On retourne le gâteau comme pour une tortilla et surtout on n’oublie pas de huiler l’assiette qui sert à retourner le gâteau, sinon…ça colle!

On laisse cuire l’autre côté à couvert pendant 15 à 20 minutes et on démoule!

Verdict :

1) il a l’aspect d’une tortilla.

2) Il est néanmoins « réussi et bon », paroles de Numéro Bis. La vérité sort de la bouche des enfants.

3) Il ne vaut quand même pas le gâteau au four, mais bon, on fait comme on peut…

 

On se régale...ou pas!

Mazapanes de Noël

La pâte d’amandes et moi c’est une grande histoire d’amour récente. Depuis notre séjour en Allemagne d’où j’ai rapporté un kilo de marzipan, je me gave de pâte d’amandes (marzipan en Allemagne, mazapán en Espagne, massepain en France, c’est la même chose).

Je ne pensais pas écouler mon stock avant Noël mais visiblement, je ne connais pas la demi-mesure. Il fallait donc trancher ce nœud gordien!

mp_mazapan_01
Non, ceux-ci ne sont pas de nous!

Il faut:

  • 200g d’amandes en poudre
  • 200g de sucre glace
  • 1 blanc d’œuf (garder le jaune!)
  • 1 cuillère à café de fleur d’oranger ou arôme citron (facultatif)

On mélange le tout au robot ou bien on se retrousse les manches et on malaxe à la main. On obtient une boule luisante rapidement avec laquelle on fabrique des petites formes. Chez nous, on est peu doué en pâte à modeler: on s’est contenté de petites briques. Mais si vous avez un don, faîtes-vous plaisir!

On a déposé nos briquettes sur une plaque recouverte de papier cuisson, on les a dorées avec le jaune d’œuf restant.

mazapanes2

Ensuite, on les a enfournées dans un four préchauffé à 180° pendant 5 petites minutes. Pas plus, sinon les mazapanes ne seront pas moelleux!

On les met sur une grille pour qu’ils refroidissent bien et on les conserve dans une boîte métallique se jette dessus pour ne pas en laisser une miette!

mazapanes1
Ceux-là sont de nous!