Belgique·Voyages

12 choses gratos à faire en mer du Nord.

Se faire lécher les orteils par les vagues et au bout du compte, finir trempé jusqu’aux os.

DSC_0081

Pique-niquer dans les dunes à l’abri du vent.

Photographier ses orteils sur le sable mouillé.

DSC_0083

Faire du vélo le long des promenades et éviter de justesse les karts, rosalies, et autres engins à pédales dont sont friands les Nains belges.

S’endormir sur le sable et prendre un coup de soleil d’anthologie, histoire d’arborer un bronzage de cycliste et une jolie couleur écrevisse.

IMG_0982

Regarder ses Nains s’étriper dans les flaques, au loin, très loin.

Jouer à cache-cache dans les dunes et ne pas retrouver ses Nains. Consciemment ou pas.

DSC_0061

Faire la course avec ses Nains sur la plage et se flinguer les pieds sur des morceaux de coquillages.

Se laisser ensabler par ses Nains et manger deux ou trois pelles de sable par la même occasion.

Écrire des trucs très niais sur le sable. Et alors? Où est le problème?

DSC_0088

DSC_0085

S’asseoir à proximité d’une autre famille avec Nains. Les laisser faire connaissance, leur suggérer une partie de foot. S’enfuir.

Regarder les « skate surfers » (dixit Numéro Bis) surfer , les chevaux galoper, les cerfs-volants voler, le marchand de glaces sonner, les gens flâner, les enfants jouer.

DSC_0097

DSC_0052

Et respirer.

France·J'ai des choses à dire

Une journée au Futuroscope # J’ai testé

Les Nains sont assez grands pour arpenter les parcs d’attraction et Monsieur S. et moi sommes assez enfants pour aimer ça.

Direction le Futuroscope sous le soleil poitevin.

image1

On attaque la découverte de la bête par une attraction très prisée des Nains: Arthur et les Minimoys en 4D.

https://www.futuroscope.com/uploads/images/common/fb_like_images/145d68aab5526151838f2887d3f6ba8f8defb3db.jpgGénial: que 30 minutes d’attente, ça va le faire. On se met dans la queue et …on patiente. On patiente plus que prévu car un gars vient nous avertir de sa douce voix que l’attraction a des petits soucis et doit être relancée. Ok, on est cool, on est en vacances, on patiente. On rentre dans des décors vraiment sympas: coquelicots géants, troncs d’arbres, araignées énormes au plafond. Bref, on est des Minimoys.

Image associée

Le gars qui a conçu la salle d’attente doit avoir des Nains: écrans géants qui projettent des scènes de making-off du film de Luc Besson et qui clouent le bec aux Nains impatients. Le gars a tout compris, tout le monde est scotché aux écrans, rien ne bouge. Bon, sauf que l’attraction est tombée en panne à nouveau juste avant que l’on rentre dans la salle de projection. Le responsable de l’attraction, Hervé, se confond en excuse et nous annonce qu’il va falloir attendre encore un peu. Cinq minutes. Mais toi aussi tu les connais, les cinq minutes d’Hervé, hein. Cinq minutes chez les Minimoys égalent trente dans la file d’attente. Ma vessie commence à m’interpeler. Ça va tenir, ça DOIT tenir. Ça y est, l’attraction est remise en route et nous rentrons dans la salle de projection. On prend place sur les sièges, Hervé nous explique les huit cents consignes avant le démarrage. Ma vessie me relance vivement. Allez, cinq minutes. L’attraction dure cinq minutes. Ok c’est parti. Ah non, il y a un problème technique, comme dirait Hervé. Putain de bordel that’s not possible because my vessie is crying so so much. J’ai la larme à l’œil et deux options s’offrent à moi: 1h20 d’attente pour arriver si près du but et ne pas faire cette foutue attraction parce que ma vessie va exploser d’une seconde à l’autre ou 1h20 d’attente pour faire l’attraction douloureusement, inonder le siège et mon pantalon pour sortir mortifiée du bouzingue.

Éjection du siège à 10 secondes du démarrage. Oui messieurs dames.

Ça c’était notre première attraction. Les Nains ont adoré.

Pour éviter d’autres désagréments relatifs à l’attente, on a téléchargé l’application du Futuroscope qui t’informe en temps réel des minutes d’attente ou de l’heure de projection de certaines attractions. Du coup, on s’est rendu illico à la projection du film La loi du plus fort.

Les Nains ont apprécié la projection, hyper réaliste, mais il faut avouer que l’on est moins impressionné par la technologie utilisée qu’il y a quelques années, les films 3D étant courants aujourd’hui.

Par la suite, on a bien essayé de faire les attractions les plus populaires comme l’extraordinaire voyage (survol du monde suspendu) ou encore La machine à voyager dans le temps des Lapins crétins mais la super appli du site nous informait des 88 minutes à poireauter obligatoirement. On a passé notre tour, tant pis.

On a opté pour les attractions moins « à sensation » comme L’explorarium, film sur les fonds marins et Le monde de l’invisible, que je recommande car vraiment très réussi et intéressant. De même que Chocs cosmiques, film projeté dans un immense planétarium et qui a émerveillé nos Nains. On a aussi chevauché les scooters des mers du 8è Continent et tiré sur les déchets (à la manière de Buzz l’éclair à Disneyland Paris) puis découvert le département de la Vienne à travers La Vienne dynamique. Si t’as mal au dos ou la gerbouline en transport, tu évites. Ou alors tu prévois ta dose de Cocculine avant. Ou le sac plastique pendant, à toi de voir.

Pour résumer…

Ce qu’on a le plus apprécié dans le parc:

  • la tranquillité qu’il y règne, on ne se sent pas bousculé, on peut prendre son temps.
  • les grands espaces verts ombragés pour pique-niquer, avec leurs énormes coussins sur lesquels se vautrer.
  • le grand nombre de toilettes et leur propreté
  • l’achat de repas ou d’une glace ne nécessite aucun emprunt sur 10 ans.
  • l’application du site permettant d’organiser rapidement sa visite
  • les salles d’attente des attractions avec des petites projections ou animations.
  • Les splendides sculptures de Jean-LouisToutain qui ornent le parc.

 

Image associée

Résultat de recherche d'images pour "toutain futuroscope"

Ce qu’on a le moins apprécié:

  • les bugs à répétition de Arthur, l’Aventure 4D
  • le prix rédhibitoire des articles dans les boutiques
  • l’inaccessibilité de certaines attractions: 1h30 d’attente pour les plus populaires, c’est vraiment trop par rapport à la taille du site.
  • les restrictions de taille pour certaines attractions: si t’es nain (-1,2m), t’as pas de bol. Et si t’es grand (+ de 1,95m)… t’as pas de bol non plus.

image2

Le parc vaut vraiment le détour, il est à échelle humaine et on peut faire un grand nombre d’attractions avec des Nains en une seule journée. Mais à mon sens, avec des ados avides de sensations fortes, mieux vaut se ruer vers les attractions « phares » et faire les 1h30 de queue requises pour atteindre le Saint Graal au risque de les voir déçus.

Allemagne·J'ai des choses à dire·Voyages

Souvenirs de Lünebourg #Allemagne

lunebourg1

Je l’avais oubliée, cette charmante petite ville que nous avions visitée pendant notre séjour en Allemagne.

Du brouillard à couper au couteau à notre arrivée, un froid perçant et un ciel gris souris. On a ganté nos mains, couvert nos têtes et emmitouflé nos cous et commencé la découverte de la ville en montant au château d’eau: une vue imprenable sur la ville, selon les guides. Les Nains ont gravi les centaines de marches pour accéder au sommet et ne voir…qu’une purée de pois. Ça nous a valu un bon fou-rire avec Monsieur S. et une dizaine d’euros.

On s’est bien gelé ce jour là, mais au final, peu importe. Ça m’a fait sourire quand les gens nous demandaient ce qu’on pouvait bien aller faire dans le nord de l’Allemagne, fin octobre. C’est juste une question de point de vue: où que l’on soit, il y a toujours de belles choses à découvrir mais encore faut-il vouloir les découvrir. A mon sens, nul besoin de plage de sable blanc et d’eaux turquoises pour s’émerveiller, mais ça, c’est très personnel. Changer d’environnement, découvrir des coutumes, de nouvelles odeurs ou d’autres manières de penser nous satisfont, même sous la grisaille, la neige ou la pluie. Et ça me plaît bien, cette idée de se sentir bien où que l’on soit, tant que l’on est ensemble et que l’on se crée des souvenirs communs: trempés comme des soupes à Amsterdam, dévorés par des moustiques à Grinda ou encore riant en haut du château d’eau de Lünebourg.

lunebourg-1

img_0245

img_0243

img_0238

lunebourg-18

img_0237

lunebourg-16

Allemagne·Voyages

Allemagne #Hanovre sous le soleil.

hanovre-70Qui a dit qu’il ne faisait pas beau en Allemagne du nord en octobre?

Le soleil dissipe le brouillard matinal et on en profite pour découvrir la ville d’Hanovre et ses jardins royaux de Herrenhausen. Il est juste 10h, personne n’est là sauf nous et on fait le plein de couleurs d’automne sous le soleil.

hanovre-2

hanovre-55

hanovre-60

hanovre-56

hanovre-12

Cette fois-ci on prend l’option trottinette pour nous épargner le « J’ai mal aux pieds/aux jambes/aux genoux/aux creux poplités ». Pas mal, si ce n’est que ça ne roule pas sur les gravillons. Bref, on a porté les trottinettes.

hanovre-16

Après cette jolie visite, nous nous rendons au bord du lac Masche, où les autochtones se donnent rendez-vous le dimanche pour faire un footing, se promener, boire une bière ou encore manger des saucisses aux curry ou un cornet de frites ou une glace ou tout à la fois, à n’importe quelle heure de la journée.

hanovre-87

hanovre-32

On admire les cadenas sur la barrière qui longe le lac, Numéro Bis déchiffre les prénoms des amoureux: « Till et Sonja », « Jan et Ditte »…

hanovre-71

hanovre-30

 … « Abus et Titanium »…

On part faire un tour du côté de la mairie pour, comme d’habitude, tomber sur une façade en travaux…

hanovre-40

Enfin, on termine notre découverte de la ville avec les nanas colorées de Niky de Saint Phalle dont on avait eu un avant-goût au musée d’art moderne de Stockholm.

hanovre-48

Allemagne·En vrac

Brême et ses musiciens, entre autres.

Nous avons quitté notre brouillard picard pour faire connaissance avec le crachin nord-allemand. Rien ne nous arrête, on aime l’aventure.

On est allé traîner nos guêtres à Brême, une jolie ville de 500 000 habitants environ.

allemagne-map

En amont, on avait lu le conte Les musiciens de Brême des frères Grimm pour que les Nains comprennent un chouïa les références qui jalonnent la ville. Pour revoir tes classiques ou pas, c’est ici:

conte-grimm-musiciens-de-bremePour la version 2.0, c’est là:

On se gare facilement dans un des innombrables parkings, au plus proche de la Place du marché, cœur névralgique que la ville. Ça crachine encore et toujours, mais rien de bien effrayant. On découvre la petite fête foraine, le marché aux fleurs au pied de la cathédrale St-Pierre puis on sillonne les ruelles piétonnes aux briquettes rouges. L’architecture nous rappelle Amsterdam ou encore Bruges. On est dans le Nord, quoi.

breme-6

breme-1

breme-1

On fait une pause sucreries au Bonbon Bremer, où l’on achète les berlingots locaux et où les Nains s’extasient devant les ouvriers travaillant le sucre pour fabriquer les friandises.

breme-2

On file sous les gouttes vers le quartier Schnoor, magnifique et immanquable! Un dédale de ruelles étroites aux maisonnettes colorées et aux devantures joliment décorées.

breme-10

breme-4

breme-5

LA crise approche: les Nains ont faim. De fait, on se rue dans un petit restaurant, le Kleine Braterei (Am Landherrnamt 5) où l’on dévore des plats simples locaux mais très bons au demeurant: un inévitable hareng et une incontournable wurt…. Cerise sur le gâteau: le prix très correct de 45€ à quatre, bière et petit cadeau pour les Nains compris.

L’après-midi s’annonce toujours plus grise et pluvieuse, on décide donc d’aller se mettre à l’abri à la Cité des Sciences Universum. En général, on s’y colle à chaque fois:  Amsterdam, Stockholm … les Nains adorent. On reprend la voiture pour nous y rendre car le site est en périphérie. Si tu ne souhaites pas avoir un aperçu de la grandeur de la ville, veilles à rentrer la bonne adresse dans le GPS. A une lettre près, tu peux arriver sur le parking d’un Lidl au bout de 25 minutes de trajet au lieu du parking de la Cité des sciences. La bonne adresse c’est: Wiener Straße et pas Wierenstraße. Remarque, ça peut te valoir un bon fou rire d’une trentaine de minutes, le temps du trajet retour, en somme…

Donc, si tu sais copier correctement une adresse dans ton GPS, tu atterris ici:

breme-9

Le site foisonne d’activités et d’expériences sans que l’on soit gêné par la langue de Goethe, contrairement à Amsterdam où si tu ne parles pas néerlandais, les moments de solitude sont assez fréquents. On y « passe son bonheur » toute l’après-midi, comme dirait Numéro Bis.

17h, il fait nuit. Oui, c’est ça l’automne en Allemagne.

Mais ça vaut sacrément le détour.

breme-3