Espagne·Voyages

Barcelone, les incontournables #2

vamos

Chausse tes baskets, ça va chauffer!

circuit-Barcelone (Small)

On oublie sa tenue de fashionista, on troque sagement ses talons de dix pour une paire de baskets (sans pousser jusqu’aux runing quand même…) et on part de la Place Catalunya.

plaza catalunya
image Google

On ne fait pas son hystérique de touriste à la vue des enseignes qui jalonnent le périmètre de la place: Corte Inglés, Hard Rock café, Zara, Apple store, etc. On résiste et on s’aventure sur l’avenue la plus célèbre de Barcelone: les Ramblas.

ramblas

On sillonne entre les touristes, on évite les perches à selfies, on essaie de prendre des photos sans avoir une tête dessus… Mission impossible, sauf si on décide de se lever tôt et d’aller flâner vers 9h. Les petites boutiques attrape-touristes des Ramblas n’auront pas encore ouvert mais ce n’est pas bien grave, non?

Du coup, puisqu’on s’est réveillé de bonne heure, on s’arrête dans un café (ce n’est pas ce qui manque) pour déguster un bon Chocolate con churros .

chocolate con churros

Encore mieux: on fait une halte au marché couvert de la Boquería et on se paie une ventrée de fruits frais ou un sandwich au jambon de pays…chacun ses goûts!

boqueria

Une fois repu, on peut poursuivre sa promenade le long de las Ramblas pour arriver au mirador de Christophe Colomb qui pointe son doigt vers la mer. On est à mi-chemin, courage, le meilleur reste à venir!

colon

On longe la grande promenade, le « Passeig de Colon » (une Promenade des Anglais à la Barcelonaise) où nous attendent deux sculptures bien connues et érigées à l’occasion des JO de 92. Puis on chemine vers la plage en écarquillant les yeux devant les énormes yatches amarrés au port.

paseig2

gamba barcelona

paseig colon

Arrivé à la plage, on a envie de se vautrer sur le sable et de faire une pause. C’est bien légitime…De surcroît, il ne manque que Keanu Reaves et Patrick Swayze pour nous combler de bonheur.

playa-barcelona

Mais il va falloir s’armer de patience, gentillesse et bienveillance. Tout ça tout ça. Car une fois notre désormais musclé séant posé sur le doux sable barcelonais, nous voilà accosté par:

  1. une masseuse asiatique: 15 min, pas cher, bon massage, toi regarder mer.
  2. un vendeur de mojitos : pas cher, bon rhum, toi regarder mer et boire.
  3. un vendeur de paréos: pas cher, beaux, faits main. Toi regarder mer sur paréo avec mojito.
  4. un vendeur de Coca-cola: je suppose pas cher, pour se désaltérer après l’effort du massage sur le paréo et de l’abus de mojitos face à la mer.

masseuse-playa

 

On prend les mêmes et on recommence toutes les dix minutes. On ne s’énerve pas, on refuse calmement. Au bout de cinq refus, on demande à son conjoint/père/frère/ami/tuteur de prendre le relais.

Dieu merci, et à notre plus grand ravissement, un exhibitionniste vient pointer le bout de son…nez, ajoutant ainsi une petite note drolatique à cette aventure littorale. Et non, on ne poste pas de photo pour illustrer son propos.

Allez, on termine notre promenade en longeant le bord de mer jusqu’aux deux tours Mapfre et Ars pour se laisser éblouir par le poisson qui scintille.

barceloneta1

pez-barcelona

Et pour ceux qui n’ont pas brûlé assez de calories, il est encore temps de faire une petite séance de muscu face à la mer…

muscu-plage

Espagne·Voyages

Barcelone, les incontournables #1

BCN1

Mets tes lunettes de soleil sur la route du modernisme, ça éblouit!

Il y a des sites à côté desquels on ne peut passer lorsqu’on visite Barcelone: l’empreinte de l’architecte Gaudí y est omniprésente et je vous propose d’appréhender cette fabuleuse ville en suivant La route du Modernisme.

On attaque dès potron-minet (8h30 en Espagne) et on se rend au Park Guell. On sillonne la zone monumentale (payante: 7€ par adulte) : le banc célébrissime, le dragon, les pavillons de la Conciergerie qui ressemblent aux maisons d’Hansel et Gretel et la salle hypostyle.

banc-guell

La vue sur la Méditerranée est imprenable, les trencadís (mosaïque) reflètent la lumière du soleil et on profite de la solitude relative que rend possible l’heure matinale.

trencadis-guell

salle hipostyle2

On ouvre grand les yeux, on mitraille avec l’appareil photo; on resterait là des heures si les bus ne commençaient pas à déverser leur flot de touristes armés de perches à selfies.

park-guell

Il est temps de sortir de la zone monumentale pour flâner dans le parc (gratuit) entre les pins parasols et se rendre à la butte des trois croix qui offre un panorama à 360° sur la ville. Sur le chemin, on se laisse surprendre par une envolée de vendeurs à la sauvette qui détalent comme des lapins à la vue des policiers.

panorama-butte

Après le Park Guell, comment ne pas poursuivre l’aventure moderniste avec la découverte de la Sagrada Familia? Toujours flanquée de ses échafaudages et grues, elle se dresse, majestueuse, au centre de la ville.

sagrada-exterior

A l’intérieur, Gaudí nous transporte: inspiration végétale, formes courbes et vitraux éclatants.

sagrada-interior3

Tout est pensé pour nous laisser pantois, éblouis, saisis devant un tel monument. Et on ne lésine surtout pas sur la visite guidée! C’est cher, oui,(24€) mais nécessaire si l’on veut comprendre le spectacle qui tourbillonne autour de nous. Mieux vaut aussi réserver et acheter les billets à l’avance pour éviter les heures d’attente car figurez-vous, nous ne sommes pas seuls à vouloir explorer le chef-d’œuvre de Gaudí…

On ressort de la Sagrada Familia les jambes en coton et pour se remettre d’aplomb on part se remplir la panse à l’espagnole: il y a une multitude de restaurants bien cotés et pour tous les budgets autour de la basilique. Pour les plus fauchés, il est possible de pique-niquer sur la place Gaudí, juste en face de la Sagrada mais il faudra jouer des coudes pour avoir un banc au soleil, tous pris d’assaut!

Pour faciliter la digestion on peut se rendre à pied au Passeig de Gracià.

paseig-gracia
Le Paseig de Gracià vu des toits de la Casa Milà

C’est un peu loin mais faisable et ça permet de sillonner le quartier de l’Eixample, célèbre pour ses manzanas (îlots d’habitation).

Afficher l'image d'origine

Afficher l'image d'origine
source: Google images

On poursuit la route moderniste sur le Passeig de Gracia avec la visite de l’incontournable Casa Milà, surnommée La Pedrera (la carrière de pierre) de Gaudí. On y retrouve les formes ondulées et végétales caractéristiques de l’architecte.

casa-mila-fachada

Évidemment, on entre! Pour la modique somme de 17€… Et après la découverte des appartements on grimpe sur les toits où nous attendent d’étranges personnages:

casa-mila-toit

Et comme si l’on était pas assez impressionné et béat, on remet une couche d’extase avec la découverte du ventre du dragon, la Casa Batlló, à quelques pas de la Casa Milà. La consigne: se laisser envoûter par l’imaginaire de Gaudí. Pour les curieux qui ne veulent pas en perdre une miette, on prend Batllo audio-guide! Les explications sont très détaillées et à mon sens, un peu longues, mais vous vous entendrez prononcer très rapidement des « Ahh d’accord! », des « Evidemment! quel génie! » ou encore « Ah ouiiii! j’ai compris! » devant les touristes asiatiques munis de tablettes video-guides.

Concernant les tarifs…c’est très cher: 22.50€ par adulte pour une visite libre. Il existe des fast-ticket ou encore des « Pack modernisme ». Surtout, on réserve bien à l’avance les entrées, sinon, adiós la Casa Batlló! Et ça serait fort dommage, non?

batllo-fachada

 Allez, on entre!

On emprunte l’escalier en forme de colonne vertébrale, on admire les volutes, les plafonds, les fenêtres et on monte au toit par le patio qui rappelle les profondeur marines.

 

Le coup de grâce ultime une fois arrivé sur le toit: le dos du dragon scintillant sous une tempête de ciel bleu.

batllo-dragon

batllo-cheminees

Pour comprendre l’univers de Gaudí, je vous recommande vivement cette petite vidéo
qui vous transportera, j’en suis sûre!

A très vite pour la suite de la découverte de cette ville à couper le souffle!