France

Les Pyrénées Orientales # Tautavel

Un endroit où j'adore aller, mais assez tôt le matin pour éviter la cohue.

Un endroit où l'eau est cristalline et fraîche.

Un petit coin de paradis dans la roche: les gorges du Gouleyous, près de Tautavel, où coule le Verdouble.

DSC_0573

DSC_0574

DSC_0575

Depuis deux ans, le site est protégé et le parking payant (5€ la journée) suite à la dégradation des lieux. Il est, par ailleurs,  régulièrement occupé par des chercheurs et étudiants en archéologie car à quelques mètres au-dessus de nos têtes se trouve la caune de l'Arago, une grotte préhistorique.

Si on s'enfonce dans les gorges, il y a des rochers du haut desquels les plus téméraires sautent. Il y a aussi des voies d'escalade sur les parois et pour le plaisir des petits et des grands, des cordes accrochées dans les arbres permettent de se jeter allègrement dans l'eau.

Depuis les gorges, on peut apercevoir la Tour del Far où nous sommes montés avec les Nains. Une randonnée de 10 km (500m de dénivelé +/- ) dans la garrigue et qui offre un panorama fabuleux sur les Pyrénées.

2017-08-09-Tor del Far (11)

Les Nains ont chaussé leurs baskets, on a enfilé les sacs à dos et suivi le guide Papimi sous le soleil matinal.

2017-08-09-Tor del Far (21)

Rando Tour de Tautavel (22)

On a contemplé le paysage, senti le fenouil et le thym sauvage, écouté les cigales…

2017-08-09-Tor del Far (10)

…pour atteindre enfin le sommet vertigineux de la colline et sa tour de guet médiévale.

2017-08-09-Tor del Far (26)

Les Nains sont fiers d'avoir crapahuté jusqu'en haut et se ruent sur leur pique-nique. On ne change pas les bonnes habitudes.

Rando Tour de Tautavel (44)

Le chemin du retour s'avère un peu périlleux pour les Nains mais ils trouvent vite la solution: la descente sur fessiers. Efficace et sans danger.

Numéro Bis se plaint de ses orteils qui touchent le bout des chaussures et Doudou s'arrête poser une pierre sur chaque cairn… On ne change toujours pas les bonnes habitudes.

2017-08-09-Tor del Far (35)

2017-08-09-Tor del Far (34)

Puis le sentier devient moins rocailleux, la terre rougit et le dénivelé faiblit. Il nous reste encore deux petits kilomètres et Numéro Bis est en boucle avec ses orteils. On lui cloue le bec en s'arrêtant manger des figues sauvages.

2017-08-09-Tor del Far (48)

On arrive à la voiture et cette fois-ci, on change les bonnes habitudes: on a échappé à la pluie imminente… Une fois n'est pas coutume!

 

 

 

 

Publicités
France·J'ai des choses à dire

Une journée au Futuroscope # J’ai testé

Les Nains sont assez grands pour arpenter les parcs d’attraction et Monsieur S. et moi sommes assez enfants pour aimer ça.

Direction le Futuroscope sous le soleil poitevin.

image1

On attaque la découverte de la bête par une attraction très prisée des Nains: Arthur et les Minimoys en 4D.

https://www.futuroscope.com/uploads/images/common/fb_like_images/145d68aab5526151838f2887d3f6ba8f8defb3db.jpgGénial: que 30 minutes d’attente, ça va le faire. On se met dans la queue et …on patiente. On patiente plus que prévu car un gars vient nous avertir de sa douce voix que l’attraction a des petits soucis et doit être relancée. Ok, on est cool, on est en vacances, on patiente. On rentre dans des décors vraiment sympas: coquelicots géants, troncs d’arbres, araignées énormes au plafond. Bref, on est des Minimoys.

Image associée

Le gars qui a conçu la salle d’attente doit avoir des Nains: écrans géants qui projettent des scènes de making-off du film de Luc Besson et qui clouent le bec aux Nains impatients. Le gars a tout compris, tout le monde est scotché aux écrans, rien ne bouge. Bon, sauf que l’attraction est tombée en panne à nouveau juste avant que l’on rentre dans la salle de projection. Le responsable de l’attraction, Hervé, se confond en excuse et nous annonce qu’il va falloir attendre encore un peu. Cinq minutes. Mais toi aussi tu les connais, les cinq minutes d’Hervé, hein. Cinq minutes chez les Minimoys égalent trente dans la file d’attente. Ma vessie commence à m’interpeler. Ça va tenir, ça DOIT tenir. Ça y est, l’attraction est remise en route et nous rentrons dans la salle de projection. On prend place sur les sièges, Hervé nous explique les huit cents consignes avant le démarrage. Ma vessie me relance vivement. Allez, cinq minutes. L’attraction dure cinq minutes. Ok c’est parti. Ah non, il y a un problème technique, comme dirait Hervé. Putain de bordel that’s not possible because my vessie is crying so so much. J’ai la larme à l’œil et deux options s’offrent à moi: 1h20 d’attente pour arriver si près du but et ne pas faire cette foutue attraction parce que ma vessie va exploser d’une seconde à l’autre ou 1h20 d’attente pour faire l’attraction douloureusement, inonder le siège et mon pantalon pour sortir mortifiée du bouzingue.

Éjection du siège à 10 secondes du démarrage. Oui messieurs dames.

Ça c’était notre première attraction. Les Nains ont adoré.

Pour éviter d’autres désagréments relatifs à l’attente, on a téléchargé l’application du Futuroscope qui t’informe en temps réel des minutes d’attente ou de l’heure de projection de certaines attractions. Du coup, on s’est rendu illico à la projection du film La loi du plus fort.

Les Nains ont apprécié la projection, hyper réaliste, mais il faut avouer que l’on est moins impressionné par la technologie utilisée qu’il y a quelques années, les films 3D étant courants aujourd’hui.

Par la suite, on a bien essayé de faire les attractions les plus populaires comme l’extraordinaire voyage (survol du monde suspendu) ou encore La machine à voyager dans le temps des Lapins crétins mais la super appli du site nous informait des 88 minutes à poireauter obligatoirement. On a passé notre tour, tant pis.

On a opté pour les attractions moins « à sensation » comme L’explorarium, film sur les fonds marins et Le monde de l’invisible, que je recommande car vraiment très réussi et intéressant. De même que Chocs cosmiques, film projeté dans un immense planétarium et qui a émerveillé nos Nains. On a aussi chevauché les scooters des mers du 8è Continent et tiré sur les déchets (à la manière de Buzz l’éclair à Disneyland Paris) puis découvert le département de la Vienne à travers La Vienne dynamique. Si t’as mal au dos ou la gerbouline en transport, tu évites. Ou alors tu prévois ta dose de Cocculine avant. Ou le sac plastique pendant, à toi de voir.

Pour résumer…

Ce qu’on a le plus apprécié dans le parc:

  • la tranquillité qu’il y règne, on ne se sent pas bousculé, on peut prendre son temps.
  • les grands espaces verts ombragés pour pique-niquer, avec leurs énormes coussins sur lesquels se vautrer.
  • le grand nombre de toilettes et leur propreté
  • l’achat de repas ou d’une glace ne nécessite aucun emprunt sur 10 ans.
  • l’application du site permettant d’organiser rapidement sa visite
  • les salles d’attente des attractions avec des petites projections ou animations.
  • Les splendides sculptures de Jean-LouisToutain qui ornent le parc.

 

Image associée

Résultat de recherche d'images pour "toutain futuroscope"

Ce qu’on a le moins apprécié:

  • les bugs à répétition de Arthur, l’Aventure 4D
  • le prix rédhibitoire des articles dans les boutiques
  • l’inaccessibilité de certaines attractions: 1h30 d’attente pour les plus populaires, c’est vraiment trop par rapport à la taille du site.
  • les restrictions de taille pour certaines attractions: si t’es nain (-1,2m), t’as pas de bol. Et si t’es grand (+ de 1,95m)… t’as pas de bol non plus.

image2

Le parc vaut vraiment le détour, il est à échelle humaine et on peut faire un grand nombre d’attractions avec des Nains en une seule journée. Mais à mon sens, avec des ados avides de sensations fortes, mieux vaut se ruer vers les attractions « phares » et faire les 1h30 de queue requises pour atteindre le Saint Graal au risque de les voir déçus.

France·La vie à 4

Une journée à Disneyland # j’ai testé

disneyland-enfantsCette année nous avons demandé au Père Noël de nous offrir des entrées à Disneyland. Nous n’habitons pas très loin du site, donc il est assez aisé de s’y rendre en dehors des périodes de forte affluence. Encore faut-il que la météo soit assez clémente… bref.

Nous voilà donc partis pour une journée complète chez Mickey et nous arrivons juste pour l’ouverture du parc (10h). On avait oublié, Monsieur S. et moi-même, que le parking coûte la modique somme de 20€…Allez, c’est la journée des Nains, on ne va pas commencer à faire grise mine alors qu’on n’a même pas passé les tourniquets de l’entrée.

Une fois la papamobile garée, on arrive enfin aux tourniquets. Bon, entre temps, les Nains découvrent les tapis roulants…

Aux fameux tourniquets, les Nains présentent fièrement leurs laisser-passer qui, en fait, ne les laissent pas passer. Non, ça serait trop simple. Bien sûr, leurs billets sont périmés depuis un mois et bien sûr on est pété d’oseille et on va aller se délester illico de 134€. On  pense à rebrousser chemin et reprendre la papamobile, mais on se dit que les Nains sont bien trop jeunes pour subir un tel traumatisme. Du coup, on leur dit que cet hiver on n’ira pas skier vu qu’on vient de craquer l’argent de leurs forfaits. La vie est dure, il ne faut pas le leur cacher, même chez Disney.

Il est 10h30 et on rentre enfin dans le parc et les Nains sont comme tous les Nains à Disneyland: émerveillés (et surexcités, sinon c’est pas drôle). Numéro Bis débite huit cents mots à la minute et Doudou est comme à l’accoutumée: expressif (« C’est trop cool. »)

On commence par arpenter Adventureland et débutent les festivités avec l’attraction Pirates des Caraïbes. Les Nains sont comme des dingues, ils restent médusés devant les pirates et les décors. Génial.

Mais.

Et c’est la minute coup de gueule.

Se fendre de 62€ par Nain et s’apercevoir que les plus grosses attractions sont fermées, ça a le don de ma chatouiller une peu! Pas de Cabane de Robinson ni de Plage des pirates! Pas d’Indiana Jones ni de train de la mine! Pas de Peter Pan ni de Star Tour ni de Space Mountain! Mickey, là, tu nous vends pas du rêve!

travaux-disney

Du coup, on se rabat sur toutes les autres attractions, TOUTES. Dans notre malchance, on a …de la chance: peu d’attente en général (entre 5 et 30 minutes au maximum). Les Nains veulent même retourner au monde des poupées « It’s a small world » (je vous chante la chanson ou pas?).

Après notre pique-nique clandestin sur des bancs (oui, nous transgressons la loi de Mickey: tu ne manges pas à l’intérieur du parc de la nourriture achetée à Carrefour ou Lidl. Tu manges de la nourriture Mickey: beaucoup plus chère et pas forcément meilleure), nous croisons quelques personnages : Doudou checke avec Jaffar, Blanche-Neige envoie un baiser à Numéro Bis, Cendrillon nous snobe, Tic et Tac font les cakes et une princesse en robe verte aux cheveux roux nous salue. On ne sait toujours pas qui sait: chez nous, les princesses… On reconnaît quand même la Reine des Neiges, celle-là, c’est facile.

Puis Numéro Bis nous interpelle: « Regardez! un autre personnage! » Ce à quoi nous répondons que non, c’est juste une dame qui vient d’Inde et qui porte un habit traditionnel. Voilà.

On s’en donne à cœur joie dans le train de Dumbo, on fait les fous chez Buzz l’éclair et on rit comme des baleines dans les carrousels. On s’égare dans le labyrinthe d’Alice et évidemment Numéro Bis a une « Panic attack » dans la maison hantée. On réussit à peine à passer le sas d’entrée dans l’obscurité: il est déjà transi de peur. On demande à sortir et la nénette crie à ses collègues « PANIC ATTACK! ». On sort avec Meggie par les coulisses, on croise Pat’ du staff technique et Fred de la sécu nous dit au revoir. Numéro Bis voit enfin la lumière du jour et cesse sa fucking panic attack. Moi j’ai pas fait la maison hantée.

alice2-disneyland

train-Dumbo-Disney

Vers 17h, la vie de parc commence à se dégrader: des Nains qui pleurent, des Nains qui hurlent, des Nains hagards. Des parents qui crient, des parents qui s’énervent, des parents hagards. Mais heureusement la Parade démarre et vient remotiver tout ce petit monde: sous les hauts-parleurs hurlant, Numéro Bis fait coucou à Dingo tandis que Doudou mange son sandwich sur les cheveux de son père. Comprendra qui voudra.

On s’émerveille une dernière fois devant le château de la Belle au Bois dormant et on quitte les lieux. Le but du jeu maintenant, c’est de retrouver la voiture.

On est au D6?

Non, au B16.

Ah bon. T’es sûr?

France

Virée dans les Pyrénées Orientales.

2016-04-12-Ste Colombe (12)

« Ah! vous venez des Pyrénées Orientales?! Je connais bien, je vais chaque été à Saint-Cyprien plage. »

Sauf que si tu passes tous tes étés depuis vingt ans dans le même camping à deux pas de la mer, tu ne connais pas les PO. Moi j’y suis née, j’y ai grandi, j’en suis partie et je les découvre à chaque fois que j’y retourne.

Connaître les Pyrénées Orientales à travers le camping de l’Europe d’Argelès au mois d’août c’est comme manger un tournedos Rossini constitué d’un steak de soja surmonté d’une tranche de pâté de foie de volaille. Il y a une multitude de choses simples à y faire avec les enfants, surtout hors saison touristique. On peut profiter d’un climat doux et il y a peu de monde dans les sites les plus réputés comme Collioure.

Collioure et le moulin à huile, à faire absolument…sauf en été!

Miracle, on peut se garer dans le petit mais néanmoins splendide village de Collioure. Il y a toutefois pas mal de touristes, mais rien de comparable à la surpopulation estivale. On en profite, on peut flâner dans les ruelles piétonnes sans marcher sur des talons hollandais ou anglais. On s’offre même le luxe de s’acheter une glace sans faire la queue! On est des fous.

2016-04-11-Collioure (3)

On longe la promenade, on s’arrête faire un peu de balançoire devant la mer puis on se met en route vers le moulin à huile.

DSC_2889

 

2016-04-11-Collioure (25)

DSC_2914
J’adore cette photo.

2016-04-11-Collioure (32)

DSC_2911

On monte des escaliers entre les oliviers pour arriver au moulin qui nous offre un panorama assez époustouflant.

DSC_2901

On termine cette jolie ballade en longeant les murailles de la forteresse. La boucle est bouclée!

2016-04-11-Collioure (75)

Tautavel, à la découverte de la Préhistoire.

L’avantage dans les Pyrénées Orientales, c’est qu’il fait souvent très beau. L’inconvénient, c’est qu’il y a toujours du vent. Très fort, le vent. Et c’est franchement pénible. Tu peux toujours aller te promener à la plage, mais quand tes Nains hurleront au bout de deux minutes parce que…

a) ils ont du sable dans les yeux.

b) ils ont du sable dans les oreilles.

c) ils ont les chaussures remplies de sable alors qu’ils ne pas encore allés sur la plage

d) le ballon est déjà au loin dans l’eau

…tu rebrousseras chemin.

La solution: s’enfoncer dans les terres les jours de fort vent. Ou rester chez soi.

Alors on a pris la route vers Tautavel, un coin des Corbières qu’on aime beaucoup.

2016-04-06-Tautavel (26)

C’est un endroit connu car on a découvert dans une grotte qui surplombe le village les ossements d’un des premiers hommes. La grotte n’est pas accessible au public car il y a encore des fouilles archéologiques. On s’est donc contenté de visiter le musée de la Préhistoire. Le prix est abordable (8€ par adulte, 7€ si on réserve au préalable en ligne sur le site du musée/ gratuit pour les Nains).

On a effectué la visite avec les audioguides, que l’on a abandonnés au bout de …cinq minutes: explications beaucoup trop longues et compliquées pour les Nains. Le début de l’exposition est plutôt vieillotte et mériterait une mise à jour 2.0: trop de pancartes avec diagrammes, chiffres et cartes imbuvables. Bof.

DSC_2802

La suite de la visite est beaucoup plus adaptée aux enfants avec:

  • la reconstitution de la grotte (avec animation) où les ossements humains ont été trouvés.

DSC_2807

  • 4 tableaux animés de la vie quotidienne et de la vie animale.

2016-04-06-Tautavel (74)

  • les vitrines d’ossements d’animaux et d’outils préhistoriques découverts dans la zone.

2016-04-06-Tautavel (55)

Au final, les Nains ont apprécié le musée et ont passé beaucoup de temps à observer les ossements d’animaux. Ils ont préféré: « la grotte », « le squelette de l’homme préhistorique », « la mâchoire de panthère » et « les bifaces ».

On sort du musée, il fait un soleil radieux. On monte à la table d’observation qui se trouve à une centaine de mètres du musée. On pourrait tirer jusqu’aux ruines du château mais vu l’enthousiasme des Nains, on décide de flâner dans le vieux village.

Petite randonnée dans les Aspres, prévois des biscuits!

Cette petite randonnée de 10km n’a pas un fort dénivelé. Nos Nains de 5 et 6 ans l’ont faite sans trop rechigner, sauf vers 11h30, heure à laquelle ils auraient mangé les cailloux et les boules de thym qui les entouraient.

2016-04-12-Ste Colombe_profil.JPG

On part de Sainte Colombe de la Commanderie vers 10h, un joli petit village des Aspres.

ste-colombe-dela commanderie.jpg

2016-04-12-Ste Colombe (3).JPG

On attaque l’ascension d’une colline par un sentier bordé de pins et qui sent bon le thym. Ensuite, la végétation se fait plus rare et le chemin caillouteux.

2016-04-12-Ste Colombe (14).JPG

On évite absolument cette promenade en été: pas d’ombre, le sentier est blanc et éblouissant, mort assurée au bout d’une demi-heure.

On a une vue splendide sur le massif du Canigou encore enneigé d’un côté et la plaine du Roussillon de l’autre.

DSC_2925.JPG

Au bout d’une heure et demie de marche tranquille (observation de fourmilières, de fleurs, dépôts de cailloux sur les cairns, prises de photos toutes les trois minutes, chutes intempestives du Nain, respiration de mottes de thym et bourrage de biscuits de secours) on arrive sur un petit plateau qui surplombe le magnifique village de Castelnou.

DSC_2932.JPG

2016-04-12-Ste Colombe (36).JPG

On sort le pique-nique tant attendu et on se repaît en silence (tout aussi attendu) devant le spectacle qui s’offre à nous.

Une fois les ogres repus, on attaque la descente dans une végétation plus dense qu’à l’aller.

2016-04-12-Ste Colombe (50).JPG

2016-04-12-Ste Colombe (60).JPG

Les Nains se sont refait la cerise: ils sautent comme des cabris, sifflent, chantonnent et cherchent des bifaces. Une paix royale.

DSC_2945.JPG

L’arrivée à Sainte Colombe de la Commanderie approche, on a quand même droit à un « J’ai mal aux pieds, ils sont tout gonflés » de Numéros Bis. C’est de bonne guerre. Doudou, lui, ne s’est pas plaint une fois mais nous a avoué à l’arrivée: « C’était bien mais je suis cramé! » Super, ils vont s’effondrer dans la voiture.

Non, même pas.

Merci à Monsieur S. et à JMV pour les photos ♥

 

 

 

 

 

 

France·Voyages

Escapade normande avec les enfants.

Trois jours devant nous et une envie irrépressible de mettre encore les voiles. Direction la Normandie et plus précisément le Cotentin.

france

JOUR 1:

On n’a qu’une idée en tête (surtout moi), c’est d’aller prendre des grosses rafales d’air marin. Le temps est maussade, on est emmitouflé dans nos doudounes de ski, les Nains n’ont pas chaussé leurs bottes puisqu’on les a oubliées et on part à la découverte de la plage de Sciotot, sur la côte ouest (sans Garry Ewing).

sciotot

Le vent est glacial et on prend notre dose annuelle d’iode en cinq secondes. L’initiation au char à voile se fera sans moi, il fait beaucoup trop froid.

char

plage-sciotot

On rentre se dégeler du côté de Surtainville à la Maison du biscuit, une biscuiterie artisanale dans laquelle on retrouve les produits locaux incontournables mais aussi les produits artisanaux de chaque région (Violettes de Toulouse, Calisson d’Aix, Fuet catalan, etc).  On y achèterait tout…mais on se contente de caramels au beurre salé d’Isigny et de biscuits faits maison.

biscuiterie

IMG_1169

JOUR 2:

Cherbourg-Octeville n’attendait que nous!  C’est jour de marché sur la place du théâtre et le centre-ville piéton est plutôt agréable à sillonner avec les enfants.

cherbourg

On flâne dans la petite ville puis on emprunte la route des Caps en voiture pour se laisser émerveiller par le paysage.

gréville
La côte de Gréville, immortalisée par le peintre Millet.

route-caps

route-caps2

port racine
Port Racine, photo Google

Les Nains sont affamés, on leur distribue des Prince avec un grand sourire (voir Comment voyager en voiture avec des enfants) et après une brève escale pour déjeuner, on repart profiter du soleil qui dore les dunes et la mer du côté de Surtainville.

DSC_2694 (Small)

DSC_2716 (Small)

CSC_2708 (Small)

 

JOUR 3: 

Toutes les bonnes choses ont une fin mais nous souhaitons profiter quand même du chemin du retour pour visiter quelques sites du Débarquement. Une petite halte s’impose à Sainte-mère l’église, rendue « célèbre » pour le parachutiste américain échoué sur le clocher de l’église.

DSC_2741 (Small)

 

 

 

Réaction de Numéros Bis:

« Il a dû avoir faim là-haut… »

 

 

 

 

On termine notre périple par le cimetière américain de Colleville-sur-mer qui surplombe Omaha Beach. Avant d’entrer dans les lieux, on briefe les Nains: on ne court pas, on ne crie pas, on ne mange pas. Message bien reçu: Doudou entre dans le cimetière en imitant les détonations d’une mitraillette.

C’est impressionnant de beauté, de silence (presque), d’émotion.

DSC_2751 (Small)

IMG_1181 (Small)

Réaction de Numéro Bis:

« On va faire un géocaching? »

 

DSC_2747 (Small)

Pour couronner le tout et à la grande joie de Nains, on passe sur le pont de Tancarville puis sur le pont de Normandie et on les entend faire des « Wahou! » et des « Il est trop super gros! ».

Photos Google