Suède·Voyages

Archipel de Stockholm# Sandhamn

Sandhamn12

Après l’île de Vaxholm où nous avons indignement fait crapahuter nos Nains, après l’île de Grinda où nous avons joué aux petits Robinson Crusoé, nous sommes partis à la conquête de Sandhamn.

On décide d’épargner aux Nains les deux heures quinze de bateau qui relient la capitale à l’île. On loue une voiture et on traverse plusieurs îles pour arriver à Stavsnäs, un petit port. On se gare dans un parking payant. TOUS les parkings sont payants en Suède et assez chers: 8h pour 12€ dans un endroit paumé. On a bien essayé de faire nos frenchies de base et d’évincer le parking: mission impossible. Ici, on ne plaisante pas avec les règles de stationnement ni de vitesse de conduite, d’ailleurs. Je conseille tout de même de faire le trajet jusqu’à Stavsnäs en voiture car les paysages sont splendides, ça vaut vraiment le coup.

stavsnas

Soit, on paie by card puis on embarque pour trente minutes environ de traversée. Le paysage n’est pas du tout le même que lors du voyage pour Grinda : beaucoup plus rocailleux, plus marin et moins forestier. On sillonne entre des îlots quasi nus et habités par des oiseaux marins.

Attention! Vidéo à l’arrachée. Mille excuses aux puristes et aux professionnels du monde de l’audiovisuel qui, de toutes façons, de verrons pas cette vidéo.

L’arrivée au nord de Sandhamn nous ravit: maisonnettes typiques, petit port de pêche, drapeaux suédois. Tout y est.

Sandhamn1

Sandhamn2.JPG

On décide de se trouver une plage sans algue, sans monde, sans vent. On part en quête de notre bonheur au sud de l’île, à Trouville. Si, si, Trouville.

map-sandhamn.jpg

Un quart d’heure de marche plus tard (l’île est piétonne) on trouve une plage avec algues, avec monde (relatif, on est en Suède, hein), avec vent. On a bien prévu de se baigner mais il fait à peine chaud. Ceci dit, ça ne refroidit pas les autochtones qui s’en donnent à cœur joie dans les vaguelettes. « Pô grave!, s’exclame Numéro Bis, on n’a qu’à manger! » Voilà. A tout problème, il y a une solution: manger.

Sandhamn3

Après notre pique-nique sur un rocher à l’écart, on emprunte  un petit sentier de randonnée de 3km pour rejoindre l’embarcadère. On traverse une magnifique forêt tapissée de myrtilles. Impressionnant.

On fait une razzia de myrtilles, stockées dans une grosse bouteille en plastique et on en mange autant qu’on en ramasse.

Sandhamn5

Sandhamn4

Les habitations apparaissent, on se plaît à se perdre dans le dédale de ruelles piétonnes.

Sandhamn7

Sandhamn6

Sandhamn8

Sandhamn10

Sandhamn9

Départ imminent. On s’arrête tout de même manger une petite glace sur le port, histoire de bien terminer notre belle journée à Sandhamn.

Sandhamn11.JPG

Et évidemment, dès notre retour at home:

Sandhamn13

 

Publicités
Suède·Voyages

Archipel de Stockholm # Grinda


L’île de Grinda se trouve à deux heures de bateau à l’est de Stockholm. Quand nous avons commencé à organiser notre voyage en Suède il y a quelques mois, j’avoue que cette île m’a fait envie: encore à l’état sauvage en grande partie, peu de touristes étrangers, juste des suédois qui viennent passer le week-end en été dans des stuggas, ces fameuses petites baraques rouges que j’aime tant.

Alors, pourquoi pas nous?

On embarque sur le Valarö depuis Stochkolm un matin ensoleillé. Nos sacs à dos sont chargés du strict minimum: des sandwiches, des sacs à viande, des serviettes et nos maillots de bain. On va passer une nuit dans une stugga au sud de Grinda et on rêve ce moment depuis des lustres: tous les quatre dans la cabane au milieu des bois, ça sent la petite aventure. D’ailleurs, Doudou a une vision un peu édulcorée de l’île:


Le paysage est toujours aussi fabuleux puis on accoste enfin à norra Grinda (Grinda nord).


Partis en quête de la clé de notre stugga, on passe devant l’unique hotel de l’île, plutôt chic avec un petit déj’ à 15€. Pour les budgets plus serrés il y a une immense aire de camping (vaste prairie équipée de toilettes sèches et douches à panneaux solaires) ou encore une grande auberge de jeunesse.


Notre stugga est à un petit kilomètre à pied, il n’y a aucun moyen de transport sur l’île.

La voilà! Le confort est sommaire mais tout le nécessaire y est: quatre lits et une petite cuisine avec ustensiles. On a l’électricité mais pas d’eau, faut pas exagérer quand même. Un bloc de douches solaires à quelques mètres, un cabanon de toilettes sèches… On entend même Laurent Gerra fredonner « Ma cabane au fond du jardin » et nous …hé bien on est content comme des gosses qui découvrent une île au trésor.

C’est pas tout mais la mer nous attend ou plutôt les Nains attendent la mer…

Après un petit barbecue improvisé, on part se promener dans la forêt. Les jours sont longs en été ici: en ce moment, le soleil se couche vers 23h et se lève vers 3h. Autant dire qu’il ne faut pas être très sensible à la lumière, sinon réveil assuré au beau milieu de la nuit!


Les Nains s’endorment comme des souches dans notre cabane au fond des bois puis viennent nous sauter dessus au petit matin. On plie bagage, on se bombarde de produit anti-moustique et on attaque la traversée vers le nord de l’île par un sentier forestier. Une promenade dans les bois de trois kilomètres pendant laquelle on a fait une razzia sur les myrtilles. Ça m’a rappelé nos cueillettes quand j’étais enfant (voir L’odeur de la montagne).

Le sentier débouche sur une plage magnifique, on s’installe à l’ombre sur les rochers et les Nains entament une partie de pêche à la main. Nous on reste ébloui devant le spectacle.

Notre excursion touche à sa fin, on embarque après avoir levé le sémaphore sur l’embarcadère pour signaler notre présence au prochain bateau.


Grinda, un souvenir magique.

Suède·Voyages

Excursion à Uppsala.

image

Uppsala est une petite ville au nord de Stockholm. Elle vaut le détour: maisons en bois colorées, joli canal, jardins fleuris et ombragés. On s’y est rendu en train depuis la gare centrale de Stockholm (18€ l’aller-retour/ gratuit pour les Nains) en 40 minutes.

Les Nains étant plutôt frais le matin, on commence la visite d’Uppsala avec la cathédrale et le chateau.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Après une pause Digestive biscuits (on n’a plus de crêpes Wahou. Fin du fil rouge) au pied du chateau, on se rend aux jardins botaniques juste en face. Les Nains peuvent courir à loisir, la promenade est vraiment agréable, c’est parfait.

imageimage

image

On trouve un parc extraordinaire pour les Nains et pour manger nos fameux jambon-fromage-concombre: on se suédise.

imageimage

image

Puis on part en quête de l’Université datant de 1477 et de sa magnifique façade.

image

Ah, dommage. Ça c’est notre spécialité: des façades en rénovation ou en travaux, on s’y colle à chaque fois. On se contentera donc de flâner dans les rues de la ville et de s’imprégner de la vie locale.

imageimageimage

image

image

image

imageimage

image

image

image

Et à  la question: « Qu’avez-vous préféré aujourd’hui? », les Nains répondent d’une seule et même voix:

– « Les jeux! »

image

Suède·Voyages

Archipel de Stockholm # Vaxholm

image

Pour ceux qui ne connaissent rien de la Suède comme nous, Stockholm est une ville répartie sur plusieurs îles et entourée d’un archipel de plus de 30 000 îles. Rien que ça.

image

Difficile donc de faire un choix quant aux excursions. Pour notre premier contact avec l’archipel on a choisi Vaxholm, une destination plutôt touristique , toutes proportions gardées (on était au moins  cinquante).

On prend le bateau de la compagnie Vaxholmbolaget vers 10h depuis Stockholm Strandvägen. Les billets s’achètent à bord: 7,5€ environ par adulte et gratuit pour les Nains.

image

Le voyage est très agréable, la lumière éclatante et la vue splendide: une multitude d’îlots se cotoient, hébergeant quelques cabanes rouge falun flanquées du drapeau national. La forêt y est omniprésente, quelques bateaux sont amarrés aux pontons. C’est beau.

image

image

image

On débarque au bout d’une petite heure et le chateau de Vaxholm nous accueille. On prend un plan de l’île à l’office de tourisme tout proche puis…

imageimage

image

…on fait le mauvais choix: on décide de parcourir l’île par le nord. On longe ce qui ressemble à une nationale, on traverse des travaux, un cimetière (fort joli, lui), des HLM. Une bonne demi-heure de marche pour rien avec des Nains chouinant « j’ai faim-j’en ai marre de marcher-j’ai faim ». Ok, on s’est planté mais on vous promet un petit bout de paradis dans un kilomètre. Enfin, on espère.

image

On arrive à des petites baraques rouges qui louent des kayaks, on poursuit par un sentier dans la forêt de pins pour enfin apercevoir la plage d’ Eryksö. Les Nains revivent à la vue du spectacle. On enfile les maillots, on sort les serviettes Kalenjikèlébien et enfin on se pose, jambon-fromage à la main (deuxième fil rouge du séjour). Ni l’eau glacée ni les oies ne refroidissent les Nains, il n’y a quasiment personne, tout ça a un petit goût de bonheur.

imageimageimage

Le ciel se couvre, il est temps de prendre le sentier de randonnée qui borde le sud de l’île. Au programme: forêt et vue sur la mer. Beaucoup plus sympa que la nationale… Bon, entre temps on prend la pluie mais ça, on y est habitué.

imageimage

image

Retour au point de départ: l’embarcadère pour retourner à Stockholm. On prend un bateau, le Cinderella, deux fois plus cher car plus rapide qu’à l’aller. 23€ pour deux adultes, on le saura. Cinderella, tu nous auras pas deux fois.

image

Suède·Voyages

Les Nains et l’art à Stockholm.

image

On s’est vite rendu compte que nos Nains sont plus réceptifs à l’art contemporain qu’à l’art classique. De fait, on les traîne dès que l’on peut aux musées d’art moderne des villes que l’on visite et c’est une réussite à chaque fois (voir notre périple à Amsterdam).

On décide donc de visiter le Moderna museet. On n’a pas encore les horaires suédois dans la peau, on fait nos frenchies de base et on se pointe à l’ouverture du musée. On est seul et on prend nos billets pour l’exposition temporaire de Yayoi Kusama, la reine des pois, entre autre. Bien nous en a pris! C’est l’éclate totale: des jeux de lumières, de miroirs, de couleurs, d’eaux; des espaces à découvrir, des mondes extraordinaires à rêver.

image

image

image

Les Nains s’extasient, sautent comme des puces d’excitation et en redemandent. Les surveilants de salle sourient de voir deux nains retourner dans les installations les plus farfelues. Numéro Bis nous demande où est la vraie « Fussama » et si elle va arriver bientôt…

imageimage

image

On y reste une bonne heure et demie puis on visite l’exposition permanente. Elle est pas mal, sans plus. Mais c’est très subjectif…

On termine par les jardins et ses sculptures colorées de Niki de Saint Phale et Picasso.

image

image

Comme d’habitude, tout cet art a affamé nos Nains. On opte pour du rapide et pas cher: le hot-dog, véritable institution ici. 15 couronnes soit 1,5€, on en prendra dix, on a des fauves à nourrir.