Vive le sport!

Un goût de bonheur.

Un après-midi ensoleillé.

Quatre Nains du même village.

Un terrain de foot.

Un ballon.

Des rires.

Des courses effrénées.

Des boulets de canon tirés.

Des jongles effectués.

Des joues rougies.

Des yeux espiègles.

Un morceau de pain et de chocolat partagé.

Simplement.

Publicités
J'ai des choses à dire

L’enfant précoce et la culpabilité du parent.

Depuis quelques années nous nous rendions bien compte que Doudou avait quelque chose de particulier: sa façon d’analyser le monde, ses remarques surprenantes, son hyper sensibilité et les angoisses qu’elle générait (voir J’ai un ado de cinq ans).

Jusqu’alors, tout se passait bien à l’école tant d’un point de vue scolaire que de la sociabilisation.

Et puis ça a commencé à déraper un peu à la maison: des accès violents de colère, des claquements de porte, des terreurs nocturnes récurrentes (voir Cauchemars en pagaille), des « De toutes façons vous ne comprenez rien! ». J’avais l’impression de me voir…à quatorze ans. Il en avait six à l’époque. On le voyait taciturne, il se sentait frustré, incompris, mal dans sa peau. Pas à sa place, en somme. De notre côté de parents, on prenait des pincettes lorsqu’on s’adressait à lui car tout le heurtait, tout était compliqué. Moi j’avais l’impression de passer à côté de lui, de ne pas le cerner, d’être une mauvaise mère par moments.

Parallèlement à l’école on a noté une baisse de motivation: moins d’intérêt pour les apprentissages (lui qui est de nature si curieuse), peu de soin, une certaine léthargie commençait à s’installer.

Lorsqu’on a appris que Doudou était un enfant précoce ou surdoué ou à haut potentiel, comme ils disent, on a enfin compris. On L‘a enfin compris. Après les entretiens avec la psychologue et nos lectures sur le sujet, j’ai eu le sentiment d’accéder enfin aux codes de mon Doudou.

Ma première réaction a été de ne pas en parler autour de nous: d’une part,je ne voulais pas que les gens collent une étiquette « gamin hors norme » sur Doudou et d’autre part, j’avais peur du regard des autres vis à vis de nous, parents. Je craignais les phrases comme « Ces enseignants, ils croient toujours que leurs enfants sont des génies! » ou encore « Encore une qui pense que son gamin est plus intelligent que le mien! ».

Le saut de classe a été salvateur pour Doudou: il sortait de l’école le sourire aux lèvres, redoublait d’efforts en graphie et voulait mordicus raccrocher les wagons du niveau supérieur. Les terreurs nocturnes ont cessé, les crises de colère ont disparu, et les tensions se sont dissipées.

Aujourd’hui, notre Doudou est un petit bonhomme épanoui, bien dans ses baskets et au caractère bien trempé. Il a un humour bien à lui, il est rêveur, bordélique comme pas deux et aime écrire (mal, mais peu importe), les jeux de stratégie, comprendre le monde. Il ramène sa fraise un peu trop souvent, émet un avis sur tout, aime courir à toute berzingue, l’odeur de l’herbe coupée et les arcs-en-ciel. Il déteste l’injustice, l’échec et le melon.

Il est comme il est et j’en suis fière. Et je n’ai plus honte de le dire.

doudou

 

 

 

On se régale...ou pas!

I love junk food but… # hamburgers

Toi aussi tu aimes la junk food mais tu culpabilises à mort parce que c’est maaal: c’est plein de conservateurs, d’additifs, de graisses, d’OGM, etc.

Si tu n’en es pas encore convaincu, cours lire l’article de Consoglobe sur la composition du Big Mac en cliquant ici:

big-mac.png

Du coup, tu ne te rues plus au fast food dès que tu n’as pas envie de faire à manger: tu ne vas quand même pas laisser ton corps et ceux de tes Nains ingurgiter tout ce ramassis de saletés! Soit. Mais la raison ne t’empêche pas de saliver sévère à la vue d’un bon gros hamburger.

Alors j’ai bien une solution. Certes, elle n’est pas fast mais plutôt long et implique une certaine motivation. Mais c’est tellement bon de croquer là-dedans!!

IMG_0914.JPG

Pour 8 pains à hamburgers (recette du blog Cook Time):

  • 500g farine
  • 1 sachet de levure de boulanger. Ou pas de boulanger, ça marche aussi.
  • 10g de sucre
  • 1cc sel
  • 50g huile de tournesol
  • 300g lait.
  • 1 jaune d’oeuf
  • des graines de pavot, sésame…

Etape 1: Fais chauffer ton Thermomix

Mettre levure, lait et sucre dans le bol. Programmer 2min30 / 37°C / Vit2

Ajouter farine, sel et huile. Programmer 7min/ Epi.

Etape 2: Va étendre ta lessive ou te faire une manucure.

Ou les deux.

Laisser la pâte reposer pendant 45min dans votre four éteint.

Etape 3: Relève tes manches.

Dégazer la pâte et la couper en 8 portions. Les mettre en boule et les déposer sur une plaque recouverte de papier cuisson.

Etape 4: Va mettre ta 2ème couche de vernis et ton top coat.

Laisser à nouveau reposer la pâte 30min, la plaque recouverte d’un torchon.

Etape 5: Tu tiens le bon bout.Préchauffer le four à 200°C. Badigeonner les pains avec le jaune d’oeuf additionné d’un peu d’eau et parsemer de graines.

Enfourner 15min.

IMG_0912.JPG

A toi de les garnir comme tu le souhaites!

La vie à 4

1 mois 10 phrases # Septembre 2017

1)Numéro Bis qui chante Julien Doré: « Sur la page, couscous tajine, sur la plage, couscous.. »

2) J’arrive de mon footing et mon amour de Doudou me dit: « Tu pues la chèvre! »

3) « Mamie, pour Noël il faut que tu commandes de la peinture pour cheveux! »

4) « -Mamie, c’est un bonsaï ça ?

– Je ne crois pas, va voir l’étiquette qu’il y a dessus.

Numéro Bis revient.

-Bon, c’est pas un bonsaï, c’est un ‘cache-pot’, c’est marqué. »

5) Le père: « – Comment s’appelle la période où l’on récolte le raisin?

Numéro Bis: -Les vignettes!! »

6) Numéro Bis explique à son super copain comment faire pour avoir une Wii U:

« C’est simple: tu fais les yeux de biche à tes parents et c’est bon! »

7) « As-tu préparé ton sac de sport?

– Laisse, je gère ! »

8)

9) « Apparemment, ça rigole pas avec l’entraîneur. C’est tout droit. »

10) La mère : « Je me suis fait piquer par des aoutâts, ces petites bêtes qui piquent dans les plis: les aisselles, le pli de l’aine, le nombril…

Le Nain: Tu t’es fait piquer au visage?

La mère : Je viens de te dire qu’ils piquent dans les plis !

Le Nain: Ben oui, c’est ce que je te dis! T’as des plis au visage! »

J'ai des choses à dire

Comment j’ai regardé Beyblade Burst

beyblade

Ce soir, j’ai fait une erreur. Celle de me poser sur le canapé où étaient vautrés mes Nains, le regard hagard devant l’écran de télé qui vomissait un dessin animé: Beyblade Burst.

Curieuse, je suis restée avec eux pour le visionner et évaluer les dégâts.

Si j’ai bien compris, les protagonistes participent à des combats de toupies. Des toupies métalliques. Et ces ‘combattants’ s’entraînent très durement mais en fait on ne comprend pas trop pourquoi, vu qu’il suffit juste de balancer deux toupies dans une caisse. Pardon, dans une ‘arène’. J’avoue que ça a éveillé mon intérêt…

Manifestement, il s’agit d’ un genre d’art martial, et là encore j’avoue que la comparaison m’échappe. Bref. Les ‘combattants’ sont même coachés et ont un kiné à disposition qui leur prodigue des conseils avisés : « Repose-toi, tu es fatigué, tu as trop forcé. » Mais forcé sur quoi putain?  Les Nains gobent devant ce ramassis de non-sens, alors je persiste, je me dis qu’il doit bien y avoir une intrigue.

Et oui! On y arrive: le COMBAT de toupies dans une espèce de dojo. Les adversaires ont l’air vraiment super stressés et la tension est palpable. De fait, les adversaires méditent un peu avant de combattre. Je t’ai dit: c’est comme un art martial.

Nous atteignons (enfin) au moment phare du dessin animé: le lancement des toupies (!) sous le cri de « Propulsion flash éclair! » ou « Hyper vitesse! ».  Voilà. Et ils arrivent à faire au moins trois minutes là-dessus: les toupies qui s’entrechoquent, les gros plans sur les visages des ‘combattants’. Bref, la tension est à son comble et moi je n’ai toujours pas compris le but de ce dessin animé… Gagne ta vie en lançant des toupies? La toupie c’est la vie? Viens frotter ta toupie contre la mienne?

Mais qui est le mec qui a balancé en réunion: « Bon les gars, j’ai une super idée: on va faire des combats d’arts martiaux mais sans arts martiaux. Des combats de toupies. »

Et surtout, qui sont ses abrutis de collègues qui ont répondu: « Ah ouais!!! Super idée! C’est novateur, c’est du jamais vu! » A coup sûr, il n’y avait pas de femme dans l’équipe.

Alors ce qui me rassure, c’est que lorsque j’ai livré mon analyse du dessin animé à mes Nains, ils ont souri et m’ont rétorqué: « C’est vrai qu’on ne sait pas trop pourquoi ils lancent des toupies…et pourquoi c’est très fatigant. »

Bon, c’est au moins ça de gagné. Demain je m’attaque à Power Rangers.